SPORTMAG.fr
En ce moment

Éric Borghini : « Mettre en lumière le football amateur »

LMF
La Ligue méditerranée de football organise le LMF Tour pour valoriser le football amateur dans toute la Région Sud et promouvoir la pratique des filles en s’appuyant sur la Coupe du monde, organisée en France en juin prochain. Éric Borghini, président de la LMF, donne les clefs de cet événement.
Quel est le rôle de la Ligue méditerranée de football ?

La LMF, qui est implantée à Aix-en-Provence, gère tout le football amateur des cinq districts de la Région Sud. Ses principales missions sont d’organiser et de développer la pratique du football, procéder à la délivrance des licences des joueurs, des dirigeants,des éducateurs et des arbitres, organiser les compétitions régionales des jeunes et des seniors, de mettre en place des équipes régionales et de défendre l’éthique du football. Nous avons aussi pour objectif de développer et de promouvoir l’arbitrage. Dans la Région Sud, il y a un peu plus de 1 000 arbitres, il en faudrait plus. Avec la Fédération française de football et la Direction technique nationale, la Ligue met en œuvre un projet global de formation. La LMF compte 114 000 licenciés joueurs, dirigeants, éducateurs et arbitres répartis dans 600 clubs. Nous avons constaté avec satisfaction une augmentation de 1,65 % par rapport à l’année dernière.

Quel est le principe du LMF Tour ?

Il s’agit d’une tournée dans les grandes villes de la région, avec pour ADN la Coupe du monde féminine de la FIFA du 7 juin au 7 juillet en France, pour faire découvrir le football féminin et soutenir les Bleues. Un village sportif, avec entrée libre et gratuite, sera installé dans ces villes. Les membres de la ligue proposeront des animations pédagogiques avec des quizz éducatifs et des jeux, des animations ludiques grâce à un photocall de soutien aux joueuses de Corinne Diacre et des animations sportives avec du tir cible, du dribbling ou encore des terrains de foot à 5. Le programme est complet, conçu pour plaire à tout le monde. Le LMF Tour sera à Risoul les 16 et 17 mars, en Avignon le 13 avril, à Toulon le 4 mai, à Marseille le 18 mai et à Sisteron  le 19 mai. Le tour se finira le 1er juin à Nice, puis nous y serons du 7 juin jusqu’au 7 juillet pour animer un village Coupe du monde car plusieurs matchs se dérouleront à l’Allianz Riviera.

Pourquoi organiser un tel tour alors que le football est déjà un sport très populaire ?

C’est l’occasion pour nous, à la Ligue, de nous déplacer sur les territoires dans les cinq districts et de mettre en avant nos actions. Le mandat a été placé sous le signe de la proximité avec les clubs et les licenciés, ceux qui font le foot. Ces étapes nous permettent de mettre en lumière le football amateur, d’aller à leur rencontre et de donner des informations sur la pratique régionale. Le football est un sport populaire, mais le grand public ne connait pas forcément tous les rouages. La Ligue a une mission d’éducation auprès des jeunes et de formation envers les dirigeants. Ce LMF Tour nous permet aussi de faire la promotion de la Coupe de monde. À l’Allianz Riviera de Nice, il y a aura quatre matchs de poule dont celui de la France face à la Norvège le 12 juin, un huitième de finale et le match pour la 3e place.

Combien de filles sont-elles licenciées dans la région ?

La Ligue compte plus de 8 500 licenciées, ce qui représente 7,8 % des effectifs. Il y a eu une forte augmentation de 14,4 % par rapport à l’année dernière, en particulier chez les 5-14 ans où elle est de 20 %. Elle vient compenser une baisse du nombre de licenciés chez les garçons à partir de la catégorie U14. C’est une tendance nationale. Cette augmentation chez les féminines est bien, mais elle ne suffit pas. Il faut encore travailler. Il est important de développer les structures d’accueil, en ajoutant des vestiaires et des clubs-house, et d’offrir un encadrement de qualité. Pour attirer et fidéliser les filles, il faut proposer de la compétition en organisant des plateaux, des championnats, des coupes. Actuellement, les filles peuvent jouer en mixité avec les garçons jusqu’en U15. C’est une excellente chose car, au-delà du sport, cela apprend le respect et le vivre-ensemble.

Le LMF Tour vous permettra-t-il d’attirer d’autres publics ?

Le Tour n’est pas uniquement pour les filles. Les enfants sont très friands de ces activités. Ces villages sportifs nous permettent d’attirer également les parents et les grands-parents. Nous n’oublions pas que nous avons besoin de bénévoles, alors nous allons à leur rencontre afin de leur demander de participer à nos activités. Le LMF Tour est un élément important pour préparer la réussite de la saison 2019-2020.

Propos recueillis par Leslie Mucret

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *