SPORTMAG.fr
En ce moment

Christian Lazarini : « Quatre épreuves magnifiques »

Sirotti / Icon Sport
La Région Sud sera traversée par le Tour de cyclisme de La Provence de jeudi à dimanche prochains. Christian Lazarini, président du Comité régional cyclisme, rappelle l’importance de cette épreuve dans le développement des clubs du secteur.

 

Pouvez-vous présenter le Tour de La Provence qui se déroulera dans la Région Sud du jeudi 14 au dimanche 17 février ?

C’est une épreuve majeure, tant sur le plan régional que national. Les meilleurs équipes cyclistes au monde seront présentes, dont AG2R la mondiale et Groupama FDJ pour les françaises, Astana, Movistar et Sky pour les étrangères. En tout, 22 équipes du World Tour, Continentales pro et Continentales (les meilleurs niveaux du cyclisme mondial, ndlr), avec sept coureurs professionnels, seront au départ. À noter qu’une équipe régionale Delko Marseille, qui évolue en Continentales pro, sera dans le peloton. Il y aura une belle représentativité pour le public de la région. C’est fabuleux de voir les spectateurs se déplacer en masse. La garde républicaine sera présente pour assurer la sécurité de l’événement avec la gendarmerie, c’est aussi une reconnaissance nationale. Les quatre épreuves, sur les quatre jours, seront magnifiques avec notamment un contre-la-monde aux Saintes-Maries-de-la-Mer le 14 février et une arrivée au circuit automobile Paul-Ricard, le 16 février.

Comment le comité régional intervient dans l’organisation ?

L’épreuve est régie par l’UCI et la Fédération française de cyclisme. Le comité régional n’a pas la mainmise, mais il accompagne les organisateurs. Tous les jours, nous répondons aux questions pour soulager les organisateurs. Nous relayons le dossier technique de l’épreuve sur notre site internet. Les équipes et les clubs de la Région peuvent contribuer à la réussite de ce Tour de Provence en parlant autour d’eux.

Qu’est-ce que le Tour de La Provence apporte aux clubs de la Région Sud ?

Cette organisation professionnelle d’une extrême qualité amène de nouveaux licenciés dans nos clubs. C’est une valeur modèle. Nous devons faire en sorte que les professionnels soient bien accueillis chez nous et continuent d’organiser des tours, pour que les clubs amateurs puissent les copier et reproduire avec leurs propres moyens leurs plans de la communication et la sécurité, entre autres. En tant que président, je fais tout mon possible pour que le Tour de La Provence perdure.

Quelles autres compétitions de cyclisme se déroulent sur votre territoire ?

Une dizaine d’épreuves nationales sont gérées par les clubs et nous les soutenons. Nous organisons le Tour junior qui parcourt les six départements en huit étapes. Les jeunes qui y participent sont déjà dans le haut du panier. Le comité peut avoir une vision des jeunes qu’il retrouvera dans les catégories suivantes.

Comment aidez-vous les clubs à progresser ?

Depuis la fusion en 2017, le comité fait en sorte que tous les clubs des six départements de la région travaille de la même façon, que les plus avancés apportent une aide technique aux autres. Dans le cyclisme, copier, c’est progresser. La fusion a été bénéfique car elle a permis de mutualiser les moyens et les savoir-faire. Cela se voit dans les résultats. Le nombre de médailles aux championnats de France, d’Europe et du monde est passé de 41 en 2017 à 63 en 2018.

Êtes-vous impliqué dans le sport santé ?

Nous sommes très sensibles au développement de cette thématique mise en place par le CROS. Nous comptons 100 000 licenciés dans la Région Sud, qui est à la 4e place en France. Si les personnes qui pratiquent le sport pour la santé avaient une licence appropriée, on triplerait ce nombre. Plusieurs clubs de bon niveau encouragent la pratique du sport de loisirs. Nous avons aussi assisté aux réunions du CROS autour du sport sur ordonnance. Je crois que le vélo peut beaucoup apporter aux patients, mentalement et physiquement.

Comment faites-vous la promotion du cyclisme auprès des plus jeunes ?

Le comité régional aide les clubs qui s’investissent dans le milieu scolaire. Sur nos 220 clubs, plus d’un tiers travaille avec les communes dans le milieu primaire et dans les collèges. Le comité incite les écoles de vélo à obtenir le label fédéral pour avoir une structure efficace. Nous organisons aussi des épreuves pour les minimes et les cadets. Nous sommes fiers de voir au Tour de La Provence des jeunes qui ont été formés dans nos clubs locaux. Christophe Laporte, qui a gagné une étape l’année dernière (photo), a commencé comme cadet dans la région.

Propos recueillis par Leslie Mucret

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *