JO Tokyo 2020 : Les nageurs français feront-ils mieux qu’à Rio ?

Alors que la délégation française n’était parvenue à obtenir que deux médailles (en argent) lors des derniers Jeux olympiques à Rio, il semble compliqué d’en espérer plus pour cette nouvelle édition à Tokyo.

Il y a cinq ans, à Rio, les nageurs Bleus étaient revenus presque bredouilles. Seul Florent Manaudou, en 50 m nage libre, et l’équipe du 4 x 100 m nage libre avaient réussi à obtenir une médaille, en argent. Cette année, 25 athlètes français seront présents en natation à Tokyo. Parmi eux, Florent Manaudou et Charlotte Bonnet. Les deux nageurs sont déjà médaillés olympiques et peuvent essayer d’aller décrocher un titre dans 15 jours. Une chose est sûre, ce n’est pas gagné d’avance. Le petit frère de Laure Manaudou reste sur une pause dans sa carrière de nageur durant laquelle il n’a participé à aucune compétition. Depuis sa reprise, il a obtenu deux médailles (argent et bronze) aux championnats d’Europe petit bassin de 2019 et trois médailles d’or au championnat de France grand bassin et petit bassin en 2019 et 2020. Le Français reste donc sur une reprise assez douce, pas forcément de très bon augure avant une compétition telle que les Jeux olympiques. De son côté, Charlotte Bonnet n’a rien gagné depuis 2019.

 

 

L’effectif envoyé aux Jeux olympiques est en pleine reconstruction. De jeunes athlètes, complétés par quelque expérimentés. Il s’agit aussi là de former et préparer les futurs médaillés olympiques de Paris 2024. Richard Martinez, directeur de la natation course, explique : « Hisser le plus grand nombre d’athlètes et de relais en finale des Jeux olympiques sera l’objectif majeur de l’équipe de France, si nous voulons nourrir l’espoir d’un podium et confirmer ainsi les progrès réalisés en vue de l’échéance prochaine des Jeux olympiques de Paris 2024. A l’occasion des derniers championnats d’Europe, nous nous en sommes plutôt bien sortis, gageons qu’au pays du soleil levant, nos leaders – Charlotte Bonnet, Mélanie Henique, Marie Wattel, Florent Manaudou, Mehdy Metella, Clément Mignon, Jordan Pothain… – aguerris de longue date aux joutes internationales les plus relevées sauront répondre présents et accompagner leurs camarades d’équipe, – Cyrielle Duhamel, Maxime Grousset, Léon Marchand, Yohann Ndoye Brouard, Mewen Tomac, Antoine Viquerat et tous les autres – moins expérimentés, ou plus jeunes mais non moins talentueux vers les chemins du succès. »

Une première olympique pour beaucoup d’entre eux, qui vont pour certains se retrouver dans le bassin avec de grandes stars mondiales de la natation. La triple championne du monde, Ariarne Titmus, nageuse australienne du 200 m et 400 m libre qui a déjà frôlé deux records du monde lors des sélections à Adélaïde le mois dernier. Aux Etats-Unis, l’Américain Caeleb Dressel, treize fois champion du monde entre 2017 et 2019 et deux fois champion olympique, sera aussi présent dans le bassin à Tokyo. Même si les Français partent outsiders sur ces Jeux, rien n’est joué d’avance, et chacune des éditions des Jeux olympiques n’oublie pas de réserver son lot de bonnes surprises.

Capucine Lorain
Crédit photo : Icon Sport
PAS ENCORE DE COMMENTAIRE...

PUBLIER UN COMMENTAIRE