Maillot Français assume sa part de responsabilité

En 2014, Nicolas Gomarir crée la marque Maillot français. Pour équiper les clubs de sport, le Perpignanais de 43 ans, passionné de textile, s’est spécialisé dans le « made in France » avec une démarche écoresponsable. Aux côtés de ses employés, il était en première ligne de la confection et de la distribution de masques au début […]
En 2014, Nicolas Gomarir crée la marque Maillot français. Pour équiper les clubs de sport, le Perpignanais de 43 ans, passionné de textile, s’est spécialisé dans le « made in France » avec une démarche écoresponsable. Aux côtés de ses employés, il était en première ligne de la confection et de la distribution de masques au début de la crise sanitaire en France.
Comment est née la marque Maillot français ?
La société, nommée La Crémerie sérigraphie (LCS), a été créée en 2014. On était spécialisé en sérigraphie avant de s’équiper en broderie. L’idée était d’internaliser notre production en France. Dans ce développement, on a créé une partie dédiée à la confection de maillots de sport et une marque, qui a vocation à être un label, appelée « Maillot français ».
Pourquoi l’avoir nommée ainsi ?
On prône les valeurs de la fabrication en France. On souhaite créer de l’emploi sur le territoire, faire de l’inclusion par le travail. On prend des personnes en apprentissage pour leur apprendre le métier de la couture. Nous sommes entrés dans le programme « La France, une chance » avec la préfecture pour accueillir des stagiaires, des apprentis, pour accompagner à l’emploi.
Quelle est votre histoire personnelle, celle qui vous a amené à devenir entrepreneur ?
A la base, j’ai fait une formation de botaniste dans la sylviculture, spécialisée dans la forêt méditerranéenne. Ensuite, j’ai été fonctionnaire territorial. En parallèle, je suis passionné de textile et j’avais une collection dans le garage. Il me fallait quelque chose pour avancer...  
Pour lire la suite :
PAS ENCORE DE COMMENTAIRE...

Désolé, vous ne pouvez pas laisser de commentaire sur cet article.

PUBLIER UN COMMENTAIRE