Des start-up pour le développement des clubs professionnels

L’agence AD’OCC sport a lancé sa plateforme d’accélération pour les start-up en lien avec les clubs professionnels d’Occitanie. Trois sont prêts à accueillir les innovateurs pour favoriser leur développement.

L’agence AD’OCC accompagne le développement économique d’entreprises de la région Occitanie spécialisées dans la filière du sport, des loisirs et du tourisme sportif. L’ouverture de son réseau facilite la prise de contact entre les acteurs sportifs et économiques. Après avoir créé AD’OCC sport afin de favoriser le développement qualitatif dans ce domaine et un incubateur, l’agence a encore plus diversifié ses services en créant une plateforme d’accélération pour les start-up, via les clubs locaux. « Nous avons fait un appel à manifestation d’intérêt auprès des clubs professionnels de la région », explique Jean-Marc Oluski, président d’AD’OCC Sport. « En fonction de la qualité des dossiers, nous avons retenu trois clubs le Stade Toulousain (photo), l’USA Perpignan et le Narbonne volley pour héberger des start-up. »

Ne pas se tromper

Les clubs professionnels trouvés, il faut maintenant choisir les start-up qui vont s’installer dans leurs locaux. « Nous allons procéder à du sourcing en Occitanie, mais on ne s’interdit pas de s’ouvrir au territoire national », précise Jean-Marc Oluski. « Nous savons qu’il y a des start-up intéressées, mais nous ne les avons pas encore auditionnées. » Ces start-up doivent être matures et porter un concept qui a fait ses preuves autour d’un projet sport qui a pour but, par exemple, d’augmenter les performances ou améliorer le modèle économique des clubs dans les domaines du marketing, de l’équipement digital, de la fan expérience ou du sport santé. « On ne veut pas se tromper même si on est confronté à un monde qui va vite », poursuit le président. « Fin d’année, début 2020, nous espérons positionner trois ou quatre start-up dans les clubs. Ces derniers gagneront des revenus en louant de leurs surfaces et leurs équipements. Ils s’inscriront dans une dynamique innovatrice. Nous croyons beaucoup aux start-up pour dynamiser le marketing des clubs. »

 

Modéliser le schéma

AD’OCC a bien mûri ce projet de plateforme d’accélération des start-up avant de le lancer. « Nous répondons à une vraie réalité des clubs qui ont besoin de se rapprocher des activités digitales, facteurs de développement », insiste Jean-Marc Oluski. Les clubs de football FC Barcelone et Arsenal misent déjà sur des start-up. En France, l’Allianz Rivera de Nice accueille des innovateurs. « Notre objectif est de ne pas se limiter à un stade, mais d’appliquer le schéma sur toute la région, de le modéliser pour permettre à de plus en plus de clubs d’accéder à ces ressources », déclare le président. « Je pense que cela fera tache d’huile. »

Rendez-vous à Font Romeu pour le Sportup Summit

AD’OCC organisera la 4e édition du Sportup Summit sur le thème “innovation, performance et sport de haut niveau” du 3 au 5 octobre au Centre national d’entraînement en altitude de Font Romeu, en partenariat avec la Région Occitanie et sous l’égide du Ministère des Sports. L’agence va une nouvelle fois jouer son rôle d’accompagnateur et d’ouverture de réseaux, en France comme à l’étranger. Au gré des rencontres et des différentes tables rondes entre acteurs sportifs et économiques, des contacts vont se nouer et les carnets d’adresse se remplir. « C’est la quatrième édition, nous commençons à faire partie du paysage », relève Jean-Marc Oluski. « Les Fédérations françaises de football et de natation sont partenaires de l’événement. » Une trentaine de start-up venues de l’hexagone ou de l’étranger vont soumettre leur projet au jury dans les catégories “révélation”, “impulsion” et “tremplin”. « Ce prix apporte une crédibilité supplémentaire aux start-up », souligne le président d’AD’OCC sport.

Leslie Mucret
Crédit photo : Icon Sport
PAS ENCORE DE COMMENTAIRE...

PUBLIER UN COMMENTAIRE