Charline Picon : « Je suis fière de ce que j’ai fait »

A 36 ans, Charline Picon est une héroïne du sport français. D’abord parce que la native de Royan en Charente-Maritime est devenue championne olympique en RS:X à Rio en 2016. Ensuite, parce que la véliplanchiste tricolore a donné naissance à sa fille en juillet 2017 avant de montrer à la France entière sa capacité à […]
A 36 ans, Charline Picon est une héroïne du sport français. D’abord parce que la native de Royan en Charente-Maritime est devenue championne olympique en RS:X à Rio en 2016. Ensuite, parce que la véliplanchiste tricolore a donné naissance à sa fille en juillet 2017 avant de montrer à la France entière sa capacité à revenir au plus haut niveau. Au moment de préparer les Jeux Olympiques de Tokyo pour tenter de décrocher son deuxième titre olympique le jour du quatrième anniversaire de Lou, Charline Picon s’est confiée sur son parcours, sa passion pour la voile, son entourage et le prochain grand objectif de sa carrière : ramener à la maison une nouvelle médaille d’or olympique.
Comment avez-vous découvert la voile ?
J’ai débuté grâce à la voile scolaire qui est, en Charente-Maritime, quelque chose qui existe depuis longtemps dans beaucoup d’écoles. J’ai découvert ce sport en CM1 et CM2. J’avais essayé le basket-ball et l’athlétisme, mais ça n’avait duré qu’une saison à chaque fois. A la rentrée suivante, je me suis inscrite en club, mais il y avait déjà trop de monde en Optimist. Le club m’a proposé d’aller en planche.
Vos parents n’étaient pas issus de ce milieu…
Non, mon père et mon grand-père jouaient au rugby. Mes parents n’avaient pas de gros moyens. La voile, au départ, ça peut faire peur au niveau financier. Pratiquer la voile à l’école implique que le matériel est fourni, et cela rend donc accessible la voile au plus grand nombre.
Vous êtes championne olympique en RS:X. Comment définiriez-vous cette catégorie ?
C’est de la voile olympique, avec...  
Pour lire la suite :
PAS ENCORE DE COMMENTAIRE...

Désolé, vous ne pouvez pas laisser de commentaire sur cet article.

PUBLIER UN COMMENTAIRE