SPORTMAG.fr

Maud Bougon : « La France s’est mobilisée »

CDAS 38
Le plateau du Vercors va accueillir les meilleurs skieurs en situation de handicap mental et/ou psychique lors des Championnats du monde de ski INAS du 6 au 11 mars. Détails de l’événement avec Maud Bougon, conseillère technique fédérale au Comité départemental de sport adapté Isère.

 

Pourquoi l’organisation de ces Championnats du Monde de ski INAS 2019 vous est-elle revenue ?

Le pays organisateur s’est désisté. Il faut savoir qu’en sport adapté ces Championnats du Monde sont la seule échéance internationale. Le plateau du Vercors accueille le pôle France de ski adapté et on ne voulait pas que ces skieurs qui s’entraînent dur n’aient pas de compétition internationale. La France, grâce à la Fédération française de sport adapté, s’est mobilisée. Le CDSA Isère avait déjà organisé des Championnats de France et des mondiaux. On savait que c’était possible et on avait déjà des partenaires mobilisés.

Quel sera le programme de ces Mondiaux du 6 au 11 mars ?

La compétition se déroulera sur deux sites. Les épreuves de ski alpin, le slalom géant, le slalom parallèle, le slalom spécial et le super G, auront lieu dans les montagnes de Lans-en-Vercors. La compétition de ski nordique, en individuel et en relais, prendra place dans le domaine nordique d’Autrans-Méaudre en Vercors. Nous accueillerons 60 sportifs, 30 en ski nordique et 30 en ski alpin, issus de douze nations, du mercredi au dimanche. Douze skieurs, sept en ski nordique et cinq en ski alpin, issus de la région Auvergne-Rhône-Alpes, représenteront la France.

Pourquoi avez-vous besoin de bénévoles ?

Nous avons besoin de personnes pour la mise en place des courses. En ski alpin, il y a besoin de contrôleurs de porte, d’aboyeurs au départ et de juges à l’arrivée. Les balisages, le ravitaillement et d’autres actions en ski nordique demandent aussi la présence de bénévoles. Il nous faudrait également des personnes pour conduire les minibus. Le CDSA 38 assure le transport des délégations de l’aéroport à leur lieu d’hébergement, puis tous les jours du lieu d’hébergement et au lieu de compétition.
 

>Plus de renseignements

 

Comment s’entraînent les skieurs français ?

Ils sont tous accueillis dans des skis clubs ordinaires, identifiés par le Pôle France, pour s’entraîner. Puis, le pôle France organise régulièrement des stages.

Comment améliorer la prise en charge de ces skieurs en situation de handicap mental et/ou psychique ?

Il faudrait faire plus de communication pour faire connaître le sport adapté. Il y a des personnes qui skient de leur côté et qui ne savent pas ce qu’elles peuvent pratiquer en club, voire en équipe de France. Il faudrait aussi mettre en place des formations pour favoriser l’accueil de ces skieurs.

Propos recueillis par Leslie Mucret

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *