Renaud Lavillenie : « Le sport scolaire est l’une des bases pour l’avenir »

Champion olympique et recordman du monde du saut à la perche, Renaud Lavillenie est l’ambassadeur du cross national UNSS MGEN. Déjà présent l’an dernier à Blagnac, le perchiste sera une nouvelle fois de la partie à Bordeaux pour assister aux épreuves et échanger avec les jeunes licenciés de l’UNSS.

 

Qu’est-ce qui vous a poussé à vous engager auprès de l’UNSS ?

J’aimais l’UNSS quand j’étais jeune, et je souhaitais depuis quelques années m’impliquer concrètement et surtout naturellement auprès des jeunes à l’école. En 2017, je deviens ambassadeur officiel du mondial scolaire ISF d’athlétisme de Nancy. J’ai encore un souvenir très fort des moments partagés avec tous ces jeunes du monde entier, et surtout les jeunes de l’équipe de France UNSS d’athlétisme. D’ailleurs, la séance d’athlétisme que j’ai partagée avec eux m’a beaucoup appris. En fait, on apprend toujours auprès des jeunes ! C’est vraiment intéressant. Je voulais donc continuer, m’impliquer dans la durée et ne pas m’engager que sur cet événement. On ne construit que dans la durée ! Et je trouve que le sport scolaire doit encore être plus mis en avant. Voilà pourquoi j’ai enchaîné avec le championnat de France UNSS de cross-country à Blagnac en 2018, et à Bordeaux cette année.

Comment concevez-vous ce rôle d’ambassadeur du cross national ?

Pour moi, l’intérêt est déjà d’aller à la rencontre de tous ces jeunes, et de leurs enseignants d’EPS qui font un travail formidable toute l’année avec eux. On se souvient toute sa vie de ses cross UNSS et aussi de son professeur d’EPS, n’oublions pas ça ! Après, il est important de permettre au cross national UNSS de gagner encore plus en visibilité et, si je peux aider un peu à ça, je n’hésite pas. Vivre ça à leur âge, j’en rêvais !

« Toujours prendre du plaisir dans la pratique du sport »

Que conseillez-vous aux jeunes licenciés de l’UNSS avec lesquels vous échangez ?

Mon conseil est toujours de prendre du plaisir dans la pratique du sport, quel qu’il soit. Et qu’avec le plaisir ils arriveront plus facilement à se dépasser et atteindre leurs limites, voire aller plus loin ! C’est le message fort que je veux transmettre : chercher constamment à se dépasser, plutôt que de chercher à dépasser l’autre à tout prix.

Selon vous, qu’est-ce qui fait le succès du cross à l’UNSS ?

Je pense que le fait de pouvoir mélanger les jeunes de différents sports dans un cross est un vrai atout pour tout le monde ! Et de rajouter les valeurs d’équipe donne un vrai plus. Le cross-country à l’école et à l’UNSS, c’est aussi culturel. Ces cross sont toujours de formidables expériences et aventures humaines à vivre. Cela reste des moments très positifs avec plein d’énergie.

« J’aimais me retrouver le mercredi avec des jeunes d’autres sports »

Quels souvenirs personnels gardez-vous du sport à l’école ?

C’était forcément le moment que je préférais, même si, en fonction des académies, des collèges ou des lycées, la dynamique n’est jamais la même. J’aimais surtout pouvoir me retrouver le mercredi avec des jeunes d’autres sports. Ça crée des liens qui sont toujours sympas, une vraie identité dans l’établissement et l’association sportive, et cela donne beaucoup de sens à la vie de chacun. Ça, c’est très important pour un jeune.

> Découvrez en intégralité notre dossier consacré au cross UNSS MGEN

Le sport scolaire doit-il être beaucoup plus mis en avant, notamment en vue de Paris 2024 ?

Pour moi, c’est une évidence, d’autant plus que, si l’on veut que la France rayonne lors de ces JO 2024, il faut commencer tôt pour ne pas passer à côté de talents inexploités… Il faut se donner le maximum de chances d’y arriver, et le sport scolaire est l’une des bases pour l’avenir. Mais j’ai aussi envie de dire que la réussite de ces JO, ça sera l’héritage qu’en tirera la jeunesse. Vivre les Jeux, c’est évidemment unique en tant qu’athlète. Ça l’est tout autant en tant que juges, arbitres, volontaires, dirigeants sportifs, entraîneurs, professeurs d’EPS, journalistes ou spectateurs ! Je suis ravi de voir que l’UNSS s’est engagée très tôt sur ce sujet : les Jeux olympiques doivent impacter cette jeunesse dans la durée et faire du sport un pilier de l’éducation. C’est une responsabilité forte que nous partageons tous, et c’est ce que je souhaite pour la génération 2024 !

Le cross national UNSS MGEN à suivre sur SPORTMAG TV

Après 2017 et 2018, les caméras de SPORTMAG TV seront une nouvelle fois présentes lors du cross national UNSS MGEN. L’occasion de retrouver les neuf courses en direct, suivies des réactions des différents vainqueurs. Le direct sera également à retrouver sur la page Facebook de l’UNSS. Pour accéder à SPORTMAG TV, rendez-vous sur http://tv.sportmag.fr

Plus d’un million d’euros de retombées

Les événements UNSS sont un véritable accélérateur économique pour un territoire. Le cabinet Emoha, du Groupe Pluricité, s’est ainsi penché sur l’impact économique prévisionnel du cross national UNSS MGEN organisé ce mois-ci à Bordeaux. Cette étude réalisée par Thibaut Desjonquères estime que les retombées globales vont se chiffrer à 1 180 millions d’euros. Des retombées qui prennent en compte le budget propre de l’événement, mais aussi les dépenses prévisionnelles des participants et encadrants, qui sont réinjectées dans l’économie locale. L’événement devrait donc rapporter un peu plus d’un million d’euros au territoire métropolitain bordelais. Un chiffre qui montre que le sport scolaire peut aussi être générateur de revenus pour un territoire.

Par Olivier Navarranne

PUBLIER UN COMMENTAIRE