SPORTMAG.fr

Internationaux de France de badminton 2018 : les Bleus battus

BadmintonPhoto
Malgré un bon niveau de jeu lors du Yonex Internationaux de France de badminton 2018 et un soutien infaillible du public de Coubertin, les Français n’ont pas remporté leur combat respectif, hier. Résultats.

 

L’un des matchs les plus attendus à Coubertin lors des Yonex Internationaux de France de badminton était celui de la paire française Delphine Delrue-Léa Palermo face aux joueuses de Taïpeï Hsu Ya Ching et Wu Ti Jung. Si les Françaises évitaient une tête de série au premier tour, elles n’ont pas non plus eu droit à un tirage facile. Menées de 5 points, Delphine Delrue et Léa Palermo ont su profiter des fautes de leurs adversaires pour revenir à 20 égalité dans le premier set. Mais leurs adversaires ont su placer une bande au filet au bon moment pour finalement s’adjuger le set d’un rien : 22-20. Le deuxième set fut plus difficile. Constamment menées, les Françaises ont couru après le score sans jamais parvenir à rattraper leur retard. Score final : 22-20 / 21-14. « On est déçues car on sentait qu’il y avait la place de passer un premier tour ici à Paris. On a fait un bon match quand même, mais il nous manque encore des moments où on n’est plus trop lucides sur ce qu’on fait, manque de tactique, et nous sommes peut-être un peu trop crispées en défense aussi », ont commenté les joueuses tricolores après le match.

> Tous les résultats

Appelé à la dernière minute, suite aux nombreux forfaits, Lucas Corvée (photo) n’a pas eu la tâche facile face au finaliste de l’an dernier, le joueur japonais Kenta Nishimoto. Mais le Français s’est accroché. Mené de peu à la pause (11-8), Lucas a finalement dû s’incliner dans le premier set (21-16) face à un adversaire plus agressif et plus rapide que lui. Il faut préciser que Lucas Corvée, prévenu de son entrée dans la compétition lundi soir, n’a pas eu l’occasion de s’entraîner et de s’adapter à la salle la veille, à la différence de son adversaire. Avec la fatigue, Nishimoto a commencé à faire des fautes dont Lucas Corvée a su tirer avantage pour n’être mené que d’un point à la pause du deuxième set. Mais finalement, le manque de préparation mais surtout le manque de rapidité a coûté la victoire à un Lucas Corvée, fatigué et en manque de solutions. Score final : 21-16 / 21-17. L’ancien champion de France a néanmoins tiré des leçons positives de cet affrontement : « Jouer ici, c’est que du plus ! Je ne m’y attendais pas du tout. Mon seul objectif était de montrer un meilleur niveau de jeu que celui que j’ai pu déployer cet été. Et ça a été le cas, donc tant mieux ! C’est une demi-satisfaction ». Conscient de l’écart de niveau entre son adversaire et lui-même, Lucas espère progresser pour pouvoir intégrer le tableau principal l’année prochaine : « J’ai une grosse saison de travail qui m’attend, avec notamment l’Allemagne la semaine prochaine. Et j’enchaîne ensuite avec une tournée asiatique, justement pour expérimenter ce genre d’opposition et pouvoir progresser. »

Mittelheisser / Labar, la déception en mixte

En regard du classement (26e contre 52e), les Français, Ronan Labar et Audrey Mittelheisser, pouvaient paraître favoris contre la paire coréenne Seo – Chae. Mais les numéros un français savaient que la partie serait difficile contre ce double dont chaque joueur a fait ses preuves au plus haut niveau mondial. En début de match, les Coréens se détachent 11–7, au bout de 8 minutes de jeu. L’écart se stabilise à 4 points environ et la paire française cherche les bonnes solutions pour contrer la puissance et la vista de leurs adversaires. Mais ils sont souvent pris sur le retour de service. Doucement, Seo et Chae prennent le large, mais les fulgurances de Ronan Labar et les splendides interceptions au filet d’Audrey Mittelheisser leur permettent de se rapprocher à 3 points. Un volant mal jugé par les Français remet dans le bon sens le double coréen en fin de set qu’ils parviennent à finalement conclure 21-15. Audrey Mittelheisser et Ronan Labar sont ressortis « très déçus, en ayant l’impression de ne pas être passé très loin » dans le premier set. Les tricolores regrettaient de ne pas « avoir réussi à accrocher leurs adversaires dans le second set, les solutions étant difficiles à trouver ».

Leslie Mucret

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *