Cécile Hernandez-Cervellon : « Pour avoir un arc-en-ciel, il faut avoir des orages »

Début avril, Cécile Hernandez-Cervellon a décroché son 11e Globe de Cristal dans la discipline du parasnowboard. Touchée par la sclérose en plaques depuis 2002, la native de Perpignan se bat au quotidien face à l’avancée de la maladie, avec un objectif en tête : le titre paralympique à Pékin en 2022. « Quelle année ! » Au moment de […]
Début avril, Cécile Hernandez-Cervellon a décroché son 11e Globe de Cristal dans la discipline du parasnowboard. Touchée par la sclérose en plaques depuis 2002, la native de Perpignan se bat au quotidien face à l'avancée de la maladie, avec un objectif en tête : le titre paralympique à Pékin en 2022.
« Quelle année ! » Au moment de revenir sur sa saison, Cécile Hernandez-Cervellon se remémore les différents obstacles qui l'ont ralentie vers le succès. « La saison a été compliquée en raison du contexte sanitaire. De notre côté, nous avons eu de la chance avec des stations qui ont été ouvertes et qui ont permis de nous entraîner. J'ai tout de même été moins sur la neige de ma station, j'ai été plutôt en salle de musculation. Physiquement, on est déjà dans la préparation des Jeux. Ce nouveau Globe de Cristal, c'est avant tout un aboutissement. Je travaille pour ça tout au long de l'année », confie la native de Perpignan. Mais la Covid-19 n'a pas été le seul obstacle pour la championne de 46 ans. « En Italie, lors de la dernière compétition de la saison, j'étais prête à tout arracher, je misais beaucoup sur cette fin de saison. Quand est arrivé le jour J, j'étais fin prête. Il a fallu que je compose avec mon handicap, qui est évolutif. Sur la première course, ça se passe très bien. Je suis une personne de confrontation, quand je suis face aux autres concurrentes, ça me booste. Le deuxième jour a été beaucoup plus compliqué, ma maladie s'est rappelée à mon bon souvenir...  
Pour lire la suite :
PAS ENCORE DE COMMENTAIRE...

Désolé, vous ne pouvez pas laisser de commentaire sur cet article.

PUBLIER UN COMMENTAIRE