La Fédération Française de Savate mise sur la détection

Dans le cadre de son plan de performance fédéral, la Direction Technique Nationale de la FFSavate met en place des stages de détection en direction de jeunes. Plus d’informations avec Fathi Mira, entraîneur national.

 

Comment sont repérés les jeunes athlètes qui participent aux stages de détection de la FFSavate ?
Les jeunes participants sont repérés en fonction des résultats lors des championnats de France minimes et cadets. Nous les observons attentivement lors de cette compétition, nous utilisons aussi beaucoup la vidéo afin d’évaluer les qualités et défauts de chacun, mais aussi leur marge de progression.

 

 

Quel est ensuite le contenu de ces stages ?
Durant l’automne, nous avons un stage pour les minimes et deux pour les cadets. Le premier stage, que ce soit pour les minimes ou les cadets, consiste à les évaluer en leur proposant des tests technico-tactiques et des tests physiques. C’est vraiment une évaluation complète qui nous permet d’identifier les forces et les faiblesses de chacun. Comme je le disais, nous travaillons aussi avec la vidéo, ce qui nous permet d’échanger avec les athlètes et de leur montrer directement ce qui va ou ne va pas. Après ces évaluations, nous mettons en place des séances d’entraînements pour chacun afin de leur permettre de progresser. Concernant les cadets, le deuxième stage organisé est un regroupement avant une compétition internationale. Le but est ici de créer un collectif et de créer une énergie positive avant la compétition afin qu’ils puissent aborder cet événement dans les meilleures conditions.

 

Ces stages portent-ils leurs fruits en matière de résultats lors des compétitions ?
Tout à fait, pour les cadets, ils obtiennent tous des médailles d’or et des podiums chaque année suite à ces stages. Le contenu proposé leur permet de progresser assez vite et donc d’être performants sur les compétitions internationales. Il faut savoir que la concurrence internationale est assez importante chez les jeunes, mais nous arrivons chaque année à obtenir d’excellents résultats. Ces stages participent grandement à cette réussite, ce sont vraiment des rendez-vous qui sont désormais établis.

 

 

Tous les athlètes qui constituent aujourd’hui l’équipe de France senior sont-ils passés par ces stages ?
Un grand nombre, mais pas tous. Parfois, il arrive que certains athlètes soient en peu en retrait chez les minimes et les cadets puis arrivent à se montrer performants un peu plus tard. D’ailleurs, tous ceux qui sont performants chez les minimes et les cadets n’arrivent pas automatiquement à percer chez les seniors. Chez les jeunes, les athlètes pratiquent l’assaut. Pour ceux qui continuent en assaut par la suite, la transition est plus facile. Mais pour ceux qui passent en combat, c’est beaucoup plus difficile, il y a plus de dureté. Ce changement peut donc entraîner des difficultés chez certains.

 

Désormais, quel est le projet rendez-vous afin d’évaluer les meilleurs jeunes ?
Les prochains championnats de France minimes/cadets auront lieu au début du mois de mai 2020, en Martinique. Ce territoire, tout comme la Réunion et la Guadeloupe, sont d’ailleurs performants en Savate boxe française avec de plus en plus de jeunes pratiquants. Comme il est difficile pour eux de se déplacer en Métropole pour ces stages, je me rends sur place et organise chaque année un stage pour une vingtaine de jeunes athlètes provenant de la Martinique, la Réunion et la Guadeloupe.

Propos recueillis par Olivier Navarranne
Crédit photo : FFSavate
PAS ENCORE DE COMMENTAIRE...

PUBLIER UN COMMENTAIRE