Renaud Muselier : « Faire vivre le rugby en Provence-Alpes-Côte d’Azur »

La Région Sud Provence Alpes Côte d’Azur se mobilise autour du rugby, en vue de la Coupe du monde en France 2023, à travers des aides aux clubs locaux et la venue d’événements internationaux, entre autres. Renaud Muselier, le président de la Région, détaille les projets.

 

Quels sont les atouts de la Région Sud qui ont convaincu le Comité d’organisation de France 2023 de signer un protocole d’accord relatif à l’organisation de la Coupe du monde de rugby avec vous en octobre dernier ?
Notre région est une terre de sport par excellence. Avec plus de 1,2 million de licenciés, la pratique d’activité physique et sportive fait partie intégrante de la vie d’un grand nombre d’habitants de la région Sud. Plus encore, nous avons la chance de bénéficier d’un mouvement sportif qui s’illustre régulièrement sur les scènes nationale et internationale. Aujourd’hui, grâce à cela, nous accueillons de grands événements comme les Championnats de France d’athlétisme élite indoor, des rencontres de Coupe du monde féminine de football et demain, nous accueillerons des finales de Coupes d’Europe de rugby et les épreuves de voile des Jeux olympiques de Paris 2024. Il était alors naturel de faire du développement de la pratique sportive régionale l’une des priorités de notre action.

 

Quelles actions la Région a-t-elle mis en place concernant le rugby ?
Nous avons mis en œuvre une politique qui soutient la promotion du sport de haut niveau, tout en cherchant à développer l’attractivité et l’aménagement du territoire. Dans cet esprit, nous avons conçu notre Plan Rugby. Il nous permet de mobiliser plus de 2,5 millions d’euros d’ici 2023, autour de cinq axes majeurs que sont le soutien au sport fédéral, la contribution active à l’aménagement du territoire, la promotion de ce dernier et, bien sûr, la promotion tant de la haute performance que de la pratique sportive pour le plus grand nombre. Ainsi, à travers un conventionnement pluriannuel, nous avons voté en juin dernier une aide de plus de 150 000 euros par an pour les structures fédérales. Conscients que la pratique sportive requiert des installations ou des équipements spécifiques, nous soutenons la construction d’espaces dédiés à l’initiation ou encore l’acquisition de matériels amortissables tels que des véhicules. En 2019, nous avons mobilisé plus de 120 000 euros sur huit dossiers concrets dont près de 60 000 euros pour permettre à la Ligue Régionale Provence-Alpes-Côte d’Azur de rugby d’acquérir cinq minibus. C’est un soutien concret.

 

 

Et pour accentuer la promotion de ce sport ?
Nous appuyons également l’accueil et l’organisation d’événements sur l’ensemble du territoire. Avec notre Plan Rugby, en 2019, dix manifestations sportives dont trois rencontres internationales ont bénéficié d’un soutien régional de près de 130 000 euros. Nous accompagnons aussi les structures du Plan de performance fédéral, et toutes celles qui forment la “Génération 2023”. En 2020, l’ensemble des académies ou encore les centres de formation du Rugby Club Toulonnais et de Provence Rugby bénéficieront de l’aide régionale. Nous soutenons également l’ensemble des clubs de l’élite locale qui alimentent les équipes de France jeunes masculine et féminine. Enfin, avec l’appui de la Fédération française de rugby, nous souhaitons développer l’organisation des stages des équipes de France sur l’ensemble du territoire régional, comme à Nice avant le Tournoi des Six Nations (photo). Tout est conçu pour permettre aux amoureux du rugby, professionnels ou amateurs de se préparer dans les meilleures conditions pour vivre cette fête exceptionnelle.

 

Pourquoi la Région Sud tient-elle à être une région hôte de la Coupe du monde de rugby 2023 ?
Une Coupe du Monde est quelque chose d’exceptionnel tant sur le plan sportif que touristique. Accueillir cet événement est pour nous une chance unique de montrer au monde entier le savoir-faire de la région Sud en matière d’organisation de manifestations sportives. Véritable fenêtre ouverte sur le monde, cette compétition représente pour nous une occasion unique de promouvoir les atouts qui font le charme de Provence-Alpes-Côte d’Azur. Nous voulons en faire un véritable accélérateur de notre région. Pour cela, il nous faudra relever tous les défis en matière d’accueil, de logistique, de sécurité, de mobilité, tout en respectant nos engagements environnementaux. Une Coupe du monde est un formidable vecteur de cohésion sociale, une vraie fête populaire et nous saurons nous mobiliser pour être à la hauteur de l’événement.

 

 

Quelles animations la Région a-t-elle prévu jusqu’à la compétition pour faire vivre le rugby sur le territoire ?
Entre aujourd’hui et le début de la Coupe du monde, de nombreux événements nous permettront de faire vivre le rugby en Provence-Alpes-Côte d’Azur. Sur la seule année 2020, notre territoire accueillera trois rencontres internationales avec l’aide de la Région Sud. Qu’il s’agisse du match France-Italie en U20, des finales de la Challenge Cup et de la Champions Cup au Stade Vélodrome de Marseille ou encore les demi-finales du Top 14 de la Saison 2019/2020, nous serons de tous les rendez-vous.

 

Comment la Région va-t-elle accompagner les villes qui vont candidater pour devenir base arrière ?
La Région Sud a fait du développement des infrastructures nécessaires à la haute performance un des piliers de sa politique sportive. C’est le sens même de notre Plan Rugby et du protocole d’accord que nous avons signé le 11 octobre dernier au Japon. Dans ce cadre, nous serons en mesure de soutenir les futurs camps de bases de plusieurs façons complémentaires. Notre ambition est claire, nous voulons faire de la Coupe du monde un accélérateur de l’attractivité de notre territoire. Ces villes de Provence-Alpes-Côte d’Azur seront attractives si elles ont les infrastructures et les matériels nécessaires pour accueillir les meilleurs joueurs du monde. Nous soutiendrons ainsi le développement des infrastructures adaptées pour le sport de haut niveau dans les villes qui seront candidates. Cela passe aussi par le développement de stage des équipes de France sur le territoire. Ainsi, les villes sélectionnées pour accueillir ces événements témoigneront déjà d’une expérience significative au moment de déposer leur candidature pour servir de camp de base aux sélections nationales. Nous mettrons tout en œuvre pour accompagner au mieux et en fonction de leurs besoins, les villes qui voudront s’impliquer dans cette formidable aventure pour notre région Sud.

Propos recueillis par Leslie Mucret
Crédit photo : Icon Sport
PAS ENCORE DE COMMENTAIRE...

PUBLIER UN COMMENTAIRE