Roxana Maracineanu : « Préparer une reprise progressive »

Alors que la pandémie de Covid-19 impacte toujours autant de nombreuses disciplines et fédérations, la ministre chargée des Sports, Roxana Maracineanu, a évoqué le cas de la reprise en matière de pratiques sportives, notamment pour celles qui ont lieu en intérieur.

Ce mois de mars peut-il faire basculer les choses dans le bon sens ? Pour le moment, rien n’est encore acquis, même si cette période sonne clairement comme un moment charnière. « Nous avons un délai d’un mois pour préparer une reprise progressive dans chacun de nos secteurs. C’est pourquoi nous sommes en train de remonter à la cellule de crise interministérielle, secteur par secteur, des propositions d’échelonnement pour reprendre », a ainsi expliqué Roxana Maracineanu. La ministre chargée des Sports assure que la situation va évoluer « en fonction de l’évolution sanitaire », voire « territoire par territoire, car il y a un risque que la reprise soit territorialisée. » L’objectif demeure tout de même clair : « progressivement revenir à une pratique pour tous en intérieur comme en extérieur. Avec, peut-être, un passage comme on avait connu en octobre et en novembre dernier où les mineurs étaient privilégiés par rapport aux adultes. Cela pourrait être une étape de la reprise, laquelle les verrait faire partie des publics prioritaires qui auraient accès aux équipements avant que tout le monde puisse aussi y avoir accès. »

 

 

Afin que la pratique sportive dans les salles puisse reprendre, Roxana Maracineanu croit notamment beaucoup à l’efficacité des masques spécialement conçus pour la pratique sportive. Un tel dispositif, comme d’autres, « permettra de moins refermer les salles s’il s’avère qu’en octobre ou novembre prochain il faudra refermer », assure la ministre. « Le sport indoor sortira alors de la zone dangereuse pour entrer dans la zone des endroits essentiels à garder ouverts. » Quant à la fin des huis clos, « je sais que la thématique des spectateurs qui retourneront dans les installations sportives est importantes économiquement aussi bien pour le sport amateur que professionnel », assure Roxana Maracineanu. « Mais quand on parle de public qui se rassemble, cela implique des brassages, des mélanges. C’est pour cela que nous travaillons sur des expérimentations afin de bien baliser un protocole de retour du public et que l’on soit prêt au moment où les choses pourront reprendre. »

Olivier Navarranne
Crédit photos : Icon Sport et
PAS ENCORE DE COMMENTAIRE...

PUBLIER UN COMMENTAIRE