Le CREPS de Toulouse en mission pour la Génération 2024

Le CREPS de Toulouse a récemment obtenu le label « Génération 2024 ». Ses différentes missions étaient déjà tournées vers les synergies territoriales. Exemples.

Le CREPS de Toulouse fait partie des 54 établissements supérieurs labellisés « Génération 2024 » pour cette année scolaire 2019/2020. La structure toulousaine fait partie de la promotion de juin dernier. « Nous avons répondu à une forte incitation de nos ministères de tutelle qui souhaitent valoriser les Jeux olympiques de 2024 dans un projet de société ainsi que dans une logique d’héritage et de transmission. Les Jeux olympiques ne concernent pas uniquement Paris pendant la période d’août 2024, mais toute la France », indique Éric Journaux, directeur du CREPS de Toulouse. « Monter le dossier de candidature pour obtenir le label Génération 2024 a demandé d’illustrer par des actions concrètes. C’était un exercice interne intéressant. » Déjà palier argent du label Grand INSEP, le CREPS toulousain a poursuivi dans cette logique « de montrer nos progrès ».

Des missions Génération 2024

Cependant, la perspectives des Jeux olympiques de 2024 n’est pas le principal moteur des missions du CREPS. « Nous n’avons pas attendu la caution intentionnelle », relève Éric Journaux. « Nos actions ne sont pas fléchées par la démarche Génération 2024. Elles s’inscrivent dans un projet global. » De par ses missions au quotidien, le CREPS de Toulouse remplit déjà les objectifs fixés dans le cahier des charges. La structure tisse des liens avec son environnement associatif sportif en accueillant dans ses installations plus de 1 000 stages sportifs et assimilés et en proposant son accompagnement. Grâce à des conventions, 24 structures de haut niveau sont implantées au CREPS et d’autres associations sportives peuvent utiliser ses équipements. De plus, le centre envoie ses stagiaires dans les clubs du territoire et reçoit des acteurs d’associations sportives pour des formations. La nature de l’existence du CREPS implique qu’il accompagne déjà des sportifs de haut niveau. Ils sont 350 à bénéficier des aménagements multiples mis en place via les programmes fédéraux d’excellence et d’accession. Dans l’optique de participer à la promotion d’événements olympiques et paralympiques, la structure toulousaine collaborera avec la municipalité de Tournefeuille dans l’organisation du Tournoi de qualification olympique d’escalade pour les Jeux olympiques de Tokyo 2020. En plus de ces exemples de missions, le CREPS travaille sur différents projets dont l’élaboration d’une plateforme d’évaluation des besoins des sportifs handisport en fauteuil ou l’évolution de l’offre de prestations d’aide à la performance.

Retrouvez plus d’informations > www.creps-toulouse-midi-pyrenees

Une dynamique territoriale

Plusieurs établissements de l’enseignement supérieur de Toulouse ont reçu le label Génération 2024 dont l’Université Paul-Sabatier, l’Institut national polytechnique et l’Institut national des sciences appliquées. « Nous nous sommes inscrits dans une démarche de labellisation collective », explique le directeur du seul CREPS de France adhérent de la Communauté des universités et établissements de son territoire. « Toutes les universités travaillent dans une logique d’actions communes afin de créer une dynamique. » Le mouvement sportif et les collectivités sont également intégrés dans cette logique de synergie et de mutualisation. « Le CREPS est au carrefour de tous ces acteurs. Le label Génération 2024 vient institutionnaliser un projet collectif », conclut Éric Journaux.

Leslie Mucret
Crédit photo : Gaetan Limouzin
PAS ENCORE DE COMMENTAIRE...

PUBLIER UN COMMENTAIRE