La Région Nouvelle-Aquitaine multiplie les initiatives

Dans le monde du sport, l’égalité homme-femme est loin d’être une réalité. Mais la Nouvelle-Aquitaine a lancé un plan « Sport au féminin », visant à promouvoir la pratique et la médiatisation du sport féminin. Sur le terrain, les associations et fédérations sportives se sont déjà emparé de cet enjeu.

 

La France mène une politique active de féminisation du sport, pilotée par le ministère en charge des Sports. Une politique volontariste qui doit être relayée dans les régions. Mais au fait, où en est le sport au féminin en Nouvelle-Aquitaine ? Pour le savoir, la Région a lancé deux études. La première, sur l’accès des femmes aux activités physiques et sportives dans la région, reposait sur un questionnaire invitant toute jeune fille ou femme – à partir de 14 ans, qu’elle aime ou pas, pratique ou pas une activité sportive – à répondre à des questions sur le sport, les freins à sa pratique… La collecte des questionnaires étant achevée, les résultats seront connus en début d’année 2019. La seconde enquête, sur le « Taux de féminisation » des associations sportives en Nouvelle-Aquitaine, était en cours de réalisation lors de la rédaction de l’article. Ces études permettront à la Région de dresser un état des lieux de la pratique sportive des femmes dans la région, et d’identifier les inégalités d’accès. Et bien sûr définir des pistes d’actions pour faciliter l’accès à la pratique sportive. Mais, la Région n’a pas attendu les résultats de ces deux études pour relayer la politique nationale de féminisation du sport.

Une politique active en Nouvelle-Aquitaine

En effet, la Nouvelle-Aquitaine a déjà lancé un plan de soutien à la politique régionale de féminisation du sport. Ce plan régional « Sport au féminin » affirme 4 objectifs clés qui font écho aux différents axes de la politique nationale :

  • Développer la culture de la pratique d’activités physiques et sportives chez le public féminin,
  • Favoriser la communication et la médiatisation des pratiques sportives féminines,
  • Accompagner la féminisation des instances dirigeantes fédérales et de l’encadrement technique,
  • Promouvoir l’accès des sportives aux emplois d’encadrement technique.

Ce plan n’est pas une simple déclaration d’intention, ni une opération de communication. Il est assorti d’une enveloppe de 300 000 euros, pour financer des actions de terrain menées par les clubs, comités sportifs, fédérations, comités régionaux Olympiques et Sportifs… Dans le cadre de ce plan, la Région a en particulier lancé un appel à projet « Soutien au sport féminin », qui invite tous les acteurs du sport à développer des actions innovantes en faveur du développement et de la promotion des pratiques sportives féminines. Les projets retenus – pour leur originalité, leur impact, leur accessibilité, leur potentielle pérennisation, la cohérence du budget – bénéficient d’une aide financière.

Et déjà des initiatives des structures sportives

Enfin, sur le terrain, les clubs et associations sont déjà actifs. Par exemple ? Cet été, en aout, s’est déroulé le premier « Trophée des Championnes de Nouvelle-Aquitaine ». Un évènement qui faisait écho aux résultats du hand-ball féminin français, et préparait l’arrivée de l’Euro féminin de handball, organisé en France du 29 novembre au 16 décembre. Ce Trophée, soutenu par la Région Nouvelle-Aquitaine, consistait en un tournoi regroupant 6 des meilleures équipes féminines hand-ball de la région. Car rappelons que dans la Région, au cours de la saison 2017-2018, 3 équipes féminines de hand-ball évoluaient en Division 2, et 3 autres en Nationale 1 ! Les organisateurs de ce tournoi voulaient bien sûr promouvoir le handball féminin de haut niveau dans la région. Mais ils ambitionnaient aussi, au-delà, d’initier des échanges sur le sport – tous les sports – au féminin, et même sur la notion « d’entreprendre au féminin ». Et si l’égalité homme-femme s’imposait par le sport ?

Le sport, un critère d’égalité

L’égalité hommes-femmes tarde à s’imposer dans certains domaines. Et c’est le cas dans le monde du sport, où les stéréotypes de genre ont la peau dure. Ainsi certains sports sont considérés comme masculins, le sport au féminin est toujours moins médiatisé que son équivalent masculin… Heureusement un chiffre progresse favorablement : la pratique sportive des femmes. Ainsi en 2015, en France métropolitaine, 45% des femmes de 16 ans ou plus ont pratiqué au moins une activité physique ou sportive dans les douze derniers mois (50% chez les hommes). Elles n’étaient 40% en 2009. Toutefois, un long chemin reste à réaliser. Dans certaines fédérations sportives, le taux de licenciées féminines est inférieur à 5%. Et que si les femmes sont plus nombreuses à faire du sport, elles ne sont que 20% à pratiquer dans un club…

Par Laurence Thery
Crédit photo : DR
PAS ENCORE DE COMMENTAIRE...

PUBLIER UN COMMENTAIRE