La Haute-Savoie engagée pour le tourisme et l’environnement

Dans le cadre du plan Tourisme, programme initié en 2013 sur 10 ans, le Département poursuit un double objectif : soutenir la dynamique touristique, notamment celle des stations de sports d’hiver, et préserver l’environnement.

 

Outre les équipements de neige de culture (plus efficaces et moins énergivores), le Département accompagne la modernisation des stations, notamment sur leurs fronts de neige ou sur la diversification et l’amélioration de leur offre (le télémix au Semnoz, le front de neige et la réhabilitation de l’Auberge Nordique au Grand-Bornand, le Hameau des Alpes à la Clusaz…). Il aide aussi à la reconversion de certaines stations en « montagne douce ». Ainsi, la station de ski de Drouzin-le-Mont, au Biot, fermée fin 2012, se voit offrir une deuxième vie avec le déploiement d’activités « 4 saisons » incluant l’ouverture d’un restaurant-bar, la création d’un tapis couvert pour le maintien de l’apprentissage du ski débutant et le déploiement du concept « Station Trail » (trail, marche nordique, ski de randonnée). D’autres projets touristiques d’envergure bénéficient également du plan Tourisme. « Parmi eux, la requalification de la « Verte des Houches » à Chamonix qui accueillera la Coupe du monde de ski alpin du Kandahar les 8 et 9 février 2020, ou le réaménagement du stade de biathlon du Grand Bornand pour l’accueil de la coupe du monde en décembre », explique Christian Monteil, Président du Département de la Haute-Savoie.

 

 

Des ascenseurs valléens, pour une mobilité durable

En vis-à-vis de ce développement touristique, le Département s’attache aussi à protéger notre environnement. C’est à ce titre qu’il soutient les projets d’ascenseurs valléens, modes de transports alternatifs respectueux de l’environnement. 10 millions d’euros (sur 60M€) sont consacrés à l’Express Morzine-Avoriaz, qui reliera le cœur de Morzine à la gare de départ du Prodains Express à l’horizon 2021 et 25 millions d’euros (sur 76M€) au Funiflaine prévu pour 2023. Avec le Funiflaine, il sera possible de se rendre de Magland à Flaine en moins de 20 minutes, contre une heure ou plus en voiture en haute saison ! Inscrit en complément de l’ouverture du Léman Express et en cohérence avec le Plan de Prévention de l’Atmosphère de la Vallée de l’Arve, le Funiflaine permettra donc d’alléger la circulation routière pour les touristes ainsi que pour les professionnels et les habitants, participant ainsi à la réduction des émissions de particules fines dans la vallée de l’Arve.

 

 

Sensibilisation sur les enjeux environnementaux

Alors que les activités sportives hivernales connaissent un essor certain ces dernières années, la fréquentation se diversifie, tant en matière de pratiquants (locaux, vacanciers) que de pratiques (raquettes, ski de randonnée, « freerando »), si bien que de plus en plus de pratiquants ont accès à des secteurs auparavant peu ou pas fréquentés. À ce titre, les enjeux environnementaux sont forts. Raison pour laquelle le Département s’engage par exemple auprès de la Communauté de Communes du Pays Mont-Blanc (CCPMB) et d’Asters (Conservatoire d’espaces naturels Haute-Savoie), sur deux opérations. Afin de préserver les zones de quiétudes pour la faune sauvage, le plan d’action initié en 2017 pour la Réserve naturelle nationale des Contamines Montjoie, est ainsi élargie à la réserve naturelle nationale de Passy et aux secteurs à enjeux de la CCPMB. Le plan prévoit entre autres d’installer des supports de sensibilisation aux entrées des réserves naturelles et des sites sensibles, de mettre en place une signalétique pour canaliser la fréquentation de certaines zones et de communiquer largement sur ces problématiques auprès des pratiquants et organisateurs de manifestations sportives. Par ailleurs, dans le cadre de son schéma des Espaces Naturels Sensibles, le Département prévoit de développer une réflexion concertée visant à mieux concilier sports nature et préservation des milieux naturels. L’action menée avec Asters sur le Pays du Mont Blanc et ses réserves naturelles pour la protection des espèces impactées par les activités sportives, comme le Tétras-Lyre, est un bel exemple parfaitement reproductible.

Olivier Navarranne
Crédit photo : David Machet
PAS ENCORE DE COMMENTAIRE...

PUBLIER UN COMMENTAIRE