Frédéric Sanaur : « Une France plus sportive, plus performante, et en meilleure santé »

Frédéric Sanaur a reçu SPORTMAG dans les nouveaux locaux de l’ANS, à Ivry-sur-Seine. Le directeur général de l’Agence Nationale du Sport revient sur les actions mises en place pour aider le monde sportif pendant la crise sanitaire, et détaille les grands axes de travail pour 2021.   Comment l’Agence nationale du Sport (ANS) a-t-elle traversé […]
Frédéric Sanaur a reçu SPORTMAG dans les nouveaux locaux de l’ANS, à Ivry-sur-Seine. Le directeur général de l'Agence Nationale du Sport revient sur les actions mises en place pour aider le monde sportif pendant la crise sanitaire, et détaille les grands axes de travail pour 2021.
  Comment l’Agence nationale du Sport (ANS) a-t-elle traversé la crise sanitaire en 2020 ?
Nous avons vécu comme tout le monde l’arrivée du virus et de la pandémie. Progressivement, des mesures sanitaires et restrictives se sont imposées à l'ensemble de la société, y compris le sport. Dans un premier temps, nous avons beaucoup travaillé pour essayer de sauvegarder la pratique des sportifs de haut niveau car les Jeux de Tokyo n'étaient pas encore décalés. Ils ont été différés plus tard. Puis, très vite, sous la coordination du ministère des Sports, on a travaillé sur la reprise des activités une fois que le confinement serait terminé, sur les protocoles de reprise sport par sport, mais aussi sur la réouverture des équipements sportifs. C'était un élément important.
De plus, concernant l'action très directe de l’agence, nous avons réorganisé les calendriers, revu certains critères pour faire apparaître un critère solidaire afin d’accompagner les associations, notamment les plus fragilisées par l'impact de la crise. On a également souhaité mettre en place un Fonds territorial de solidarité doté de 15 millions d'euros dès le mois de juin 2020, de manière à pouvoir engager des crédits dans l'ensemble des régions. Cela nous a permis de soutenir un peu plus de 3 500 associations, en plus de l'ensemble des autres structures que l'on finance au quotidien, de manière à diriger plus directement les aides vers les petites associations, celles pour qui la trésorerie avait été rapidement fragilisée.
Nous avons aussi mené une étude conjointement avec l'ensemble des réseaux de collectivités et l'Association nationale des élus en charge du sport, pour voir l'impact sur les subventions aux associations, sur les travaux en matière d'équipements sportifs, et sur le calendrier, pour pouvoir ajuster au mieux notre dispositif. C'est ce qu'on a fait tout au long de l'année 2020. On a voulu répondre au mieux aux attentes des acteurs du sport dans un contexte instable, incertain, qui s'est traduit par une baisse importante des licences à la rentrée.  
« Prendre en compte les réalités environnementales »
  En 2021, le budget de l’ANS est de 363,3 millions d'euros. A quoi vont servir les 249,9 millions pour le développement, et les 102,7 millions pour la haute performance ?
Concernant le développement, il y a un budget en forte hausse puisque l'agence a été particulièrement missionnée pour porter une grande partie des actions du plan de relance du sport. Nous nous concentrons sur trois axes principaux. Le premier, c'est...
Pour lire la suite :
PAS ENCORE DE COMMENTAIRE...

Désolé, vous ne pouvez pas laisser de commentaire sur cet article.

PUBLIER UN COMMENTAIRE