Mettre en avant la sécurité chez les kayakistes

La journée Sécurité kayak mer organisée par le Comité régional Occitanie de canoë-kayak se déroulera demain au large de Palavas-les-Flots, dans l’Hérault. Patrick Bunichon, responsable sécurité au CROCK, parle de la manifestation dont il est l’organisateur.

 
Pouvez-vous présenter la manifestation ?

La journée Sécurité kayak mer, organisée par le Comité régional Occitanie de canoë-kayak (CROCK), se déroulera demain au large de Palavas-les-Flots dans l’Hérault. Le matin, nous ferons des conférences, ensuite nous ferons deux exercices en mer et pour finir un debriefing. C’est la troisième édition sous ce format et nous avons pour objectif de mettre en avant la sécurité. Durant l’événement, il y aura d’un côté les pratiquants qui vont faire les exercices en mer et de l’autre un public, composé d’une cinquantaine de kayakistes qui viendront voir et s’informer. Le Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage en Méditerranée (CROSS MED), la marine nationale, les pompiers du SDIS 34 et la Société nationale de sauvetage de mer pilotent cette journée. Parmi le public, nous avons aussi invité un groupe d’apnéistes, des pratiquants de paddle et des gens du club de voile.
 

Quels sont les exercices proposés ?

La dizaine de stagiaires concernés par les exercices de cet événement sont des kayakistes expérimentés et licenciés de la Fédération française de canoë-kayak (FFCK). L’action se déroulera devant la jetée de Palavas. Le premier exercice a pour but d’acquérir les bonnes pratiques de la récupération d’un kayakiste en mer blessé et entraîné vers une côte agressive. Le deuxième abordera les procédures d’appels et de mises en sécurité d’un groupe de kayakistes en mer et la relation avec les entités extérieures à ce groupe. Durant celui-ci, un hélicoptère viendra chercher le blessé pour travailler sur l’extraction avec la SNSM et le SDIS 34. Cette journée de formation à la sécurité en mer permet alors de faire des exercices qui ne sont pas traités directement dans les clubs.

 

 

Comment se sont déroulés les événements les années précédentes ?

Parfaitement bien et nous espérons que ce soit pareil cette année. C’est une opération gagnante/gagnante car on arrive à regrouper tout le monde et les faire travailler ensemble. C’est quelque chose de rare, car normalement les pompiers vont travailler entre eux, la police de même… Donc ils sont très intéressés et motivés.
 

Quelles ont été les évolutions ?

Chaque année, on modifie et on améliore la manifestation grâce aux retours d’expériences. Lors de la première édition, l’exercice était un peu loin des côtes et une partie du groupe n’a pas vu grand-chose. Afin qu’un plus grand nombre de personnes puissent voir l’exercice, on le fait dorénavant plus à proximité. Nous avons eu aussi des problèmes au niveau de la communication radio, nous avons donc travaillé dessus. Nous avons décidé de rajouter cette journée Sécurité kayak mer il y a trois ans car ça correspondait à un besoin, nous avions de plus en plus de pratiquants et quand cela passe par nos associations, on doit passer par la sécurité.

 

 

Que représente le CROCK ?

Au total, il est constitué d’environ 80 clubs de kayak et de presque 3 000 pratiquants licenciés à la FFCK. Au courant de l’année, nous organisons plusieurs journées sécurité en rivière à destination des pratiquants de kayak qui ressemblent à cette journée avec des exercices un peu plus compliqués, un peu plus aboutis que ceux que l’on retrouve dans les associations. La sécurité fait vraiment partie de la formation de base.

Propos recueillis par Jade Delattre-Buisset
Crédit photo : Fabien Wajeman
PAS ENCORE DE COMMENTAIRE...

PUBLIER UN COMMENTAIRE