La science au service du handicap en Occitanie

Le projet Handi’Cap Cordillère des Andes 2020 est une expédition scientifique qui réunit des personnes en situation de handicap, des chercheurs et des bénévoles, afin de mieux aborder l’accessibilité en Amérique du Sud, mais aussi en France.

Six personnes en situation de handicap et neuf bénévoles vont partir en expédition dans la Cordillère des Andes de mi-juillet à mi-août 2020. Derrière cette performance sportive attendue pour ce collectif issu majoritairement de l’Hérault, du Gard, mais aussi de la région Auvergne-Rhône-Alpes, se cachent d’autres objectifs. L’expédition en elle-même est le sujet d’étude de trois chercheurs impliqués dans ce projet appelé Handi’Cap Cordillère des Andes 2020. « Le but est de récolter des données sociales et physiologiques, afin de faire un état des lieux du handisport et de trouver une nouvelle façon d’aborder cette question », explique Éric Perrera, chercheur sociologue responsable du groupe de recherche.

Innover dans les FTT

Des sportifs malvoyants, paraplégiques, tétraplégiques, amputés et atteints de myopathie font partie de l’expédition. Ils se déplaceront à travers les montagnes grâce à du matériel adapté, notamment avec des fauteuils tout terrain (FTT) classiques et électriques, dont un Quadrix Watts de Mobility Mont blanc, tirés par les bénévoles en montée et autonomes en descente. « Nous allons comprendre l’orientation économique qui peut être donnée aux FTT avec un chercheur de l’École nationale supérieure des mines d’Alès, présent sur l’expédition, et apporter des données à analyser à Mobility Mont Blanc », souligne Éric Perrera. « Ensuite, nous pourrions envisager d’autres expériences avec un prototype. »

Développer le handi-tourisme

Roland Thaler, environnementaliste dirigeant du bureau d’études Altitude et directeur d’un Master ingénierie en écologie et gestion de la biodiversité, fait partie des chercheurs. « Nous allons aussi travailler sur les retombées économiques et sociales dans le pays d’accueil, voir si la Bolivie et d’autres pays de l’Amérique du Sud peuvent élargir leurs activités vers le handisport et développer le handi-tourisme. Nous analyserons essentiellement les échanges avec les acteurs locaux et les organisateurs sur place, sonderons leurs intérêts, questionnerons les associations et les collectivités locales sur leur besoin en matériel, afin de développer la randonnée handisport pour tous les publics en Amérique du Sud. Nous espérons avoir un retour d’expérience. » Par ailleurs, les organisateurs de l’expédition ont prévu de consommer sur place, « pour contribuer modestement à l’économie locale », indique Roland Thaler.

De longs mois de préparation

Les quinze membres de l’expédition, tous sportifs pratiquants et passionnés, ont commencé les entraînements mi-avril au Mont Aigoual. Ils passeront des tests tous les deux mois afin d’être capable de gravir tous les sommets qui se présenteront à eux, même le point culminant à 6 008 mètres. Afin de mener ce projet Handi’Cap Cordillère des Andes 2020 à bien et récolter toutes les données nécessaires, les organisateurs sont à la recherche de sponsors et de partenariats.

Une opportunité à ne pas rater

Sara Bocquet, tétraplégique depuis 11 ans et en fauteuil roulant, fait partie de ce collectif qui sera mené par le chef d’expédition Gérard Genthon, amputé du tibia, mais fort d’une expérience de 20 ans. Elle est excitée par ce projet. « Étant née au Chili, j’avais envie de retourner en Amérique du Sud. Cette expédition est pour moi une opportunité géniale d’aller dans un pays peu accessible pour les personnes à mobilité réduite. Nous sommes tous pour le développement de l’accessibilité dans le monde entier afin de partir où l’on veut en toute autonomie. »

Par Leslie Mucret
Crédit photo : Handi’Cap Cordillères des Andes 2020
1 COMMENT
  • Ledru 20 août 2019

    Très belle initiative !

PUBLIER UN COMMENTAIRE