La pole dance, une discipline jeune en pleine évolution

Le Championnat de France de pole dance se déroulera à Béziers le 2 novembre prochain. Mariana Baum, coordonnatrice pole dance à la Fédération Française de Danse, raconte la rapide évolution de cette jeune discipline.

 

Quelles sont les spécificités de la discipline de la pole dance ?

C’est un mélange de danse, de figures aériennes et d’acrobatie autour et sur une barre métallique verticale. On y retrouve des techniques et des figures adaptées des arts du cirque et du travail au sol qui s’apparente à de la gymnastique et de la danse. Les poleurs ou poleuses livrent une prestation sur deux barres, une statique et une qui tourne avec la poussée exercée par le danseur ou la danseuse. Il existe deux grands courants : la pole artistique (pole dance ou pole art) et le pole sport, davantage focalisé sur la technique.
 

Quelle trajectoire a suivi la pole dance en France ? 

La pole dance est une discipline toute jeune qui a évolué rapidement. Lorsque j’ai commencé à donner des cours fin 2005, il n’existait pas de cours réguliers en France. J’ai créé en 2007 l’école Pole Dance Paris, dédiée à la discipline. Maintenant, il existe plus de 230 structures qui enseignent la pole dance, studios et écoles, en France. Il est difficile de connaître le nombre de pratiquants exacts sur le territoire, mais on estime leur nombre entre 40.000 et 50.000. La progression ces sept dernières années, en particulier, est énorme. La Fédération Française de Danse travaille depuis quelques années à structurer et à professionnaliser la discipline. Les toutes premières années, notre principal objectif a été de changer l’image trop réductrice liées aux origines érotiques de la pole dance. Je l’ai toujours vue comme un art, qui demande des qualités physiques très complètes, et j’ai voulu que notre compétition soit un événement élégant et créatif. Je suis fière de notre travail, car nous avons réussi ces deux missions en quelques années seulement.
 

Le Championnat de France de pole dance qui aura lieu à Béziers le 2 novembre est-il le deuxième organisé sur le territoire ?

Au départ, j’ai créé une compétition de pole dance en 2009 qui réunissait les meilleurs athlètes du territoire. Organisée depuis 2018 sous l’égide de la Fédération Française de Danse,  cette compétition est alors devenue officiellement  championnat de France. Nous avons dû fournir un gros travail pour être en accord avec la réglementation française. Comme les sélections sur vidéos sont interdites, nous avons créé trois championnats interrégionaux dans le nord, le sud et l’outre-mer. Nous avons aussi développé une formation fédérale de juges, pour harmoniser les critères de jugement lors de ces championnats, et nous commençons à avoir un corps arbitral suffisamment fourni et bien formé.
 

Quel est le programme du Championnat de France ?

Environ 25 performances, en individuel et en duo, vont se succéder au théâtre municipal de Béziers, un lieu unique classé monument historique. Les poleurs et poleuses sont répartis dans neufs catégories :  junior A, junior B, master 40+ femmes, master 40+ hommes, master 50+ femmes, master 50+ hommes, adultes femmes, adultes hommes, et doubles (mixte).  C’est la première compétition de niveau national qui se déroulera en Province. Manon Agard,  qui enseigne dans son studio L’Atelier de Manon à Béziers, est l’organisatrice.  Ce championnat de France est qualificatif pour les championnats du monde organisés par l’International Pole Sports and Art Federation POSA, partenaire de la FFDanse, au Canada en juin 2020.
 

Quel est le niveau de France ?

Le niveau est bon, en particulier dans les catégories adultes femmes et hommes, et les doubles. Mais les juniors et les masters progressent vite, et les poleurs français ont la réputation à l’internationale d’être non seulement bons techniquement, mais également élégants et créatifs. Certains de nos poleurs sont très reconnus dans le monde, et leur classement en général dans les compétitions mondiales ne cesse de monter. Deux champions de la catégorie adultes hommes, en 2010 et 2011, ont même été recrutés par le Cirque du Soleil après avoir remporté notre compétition.

 

La structuration de la FFDanse va-t-elle permettre de développer les formations ?

La professionnalisation est un sujet qui nous tient particulièrement à cœur. En 2010, c’est dans cette optique que j’ai créé une formation professionnelle, mais aussi pour contrer les attaques faites par certains journalistes concernant le manque de formation des enseignants sur une discipline potentiellement dangereuse car physiquement exigeante. Aujourd’hui, la FFDanse travaille à structurer la formation de la pole dance. En tant que coordinatrice de la discipline au sein de la fédération, j’agis en ce sens.
 

Sur quels axes allez-vous travailler maintenant ?

Nous allons poursuivre la structuration avec l’organisation de quatre grands championnats interrégionaux l’an prochain, ainsi qu’un vrai championnat en outre-mer, qui puisse donner une chance à tous les poleurs et poleuses de ces régions de pouvoir se qualifier pour le national. Nous souhaitons également créer un comité régional en Martinique, afin d’être plus présents aux Antilles et en Guyane, où la discipline est plus présente qu’on ne l’imagine.

Propos recueillis par Leslie Mucret
Crédit photo : Kiattikhoun Limmany
PAS ENCORE DE COMMENTAIRE...

PUBLIER UN COMMENTAIRE