SPORTMAG.fr

Olivier Médard : « Courir des épreuves uniques »

La ruée des fadas
Olivier Medard a remporté mi-septembre l’étape d’Aix-en-Provence de la Ruée des fadas, cette course avec de multiples obstacles et dans la boue. Cet adepte des épreuves de ce genre se livre à SPORTMAG.

 

Vous avez remporté l’étape d’Aix de la Ruée des fadas. Votre objectif est atteint ?

J’avais gagné cette étape l’année dernière. J’y suis retourné pour conserver mon titre. J’ai réussi. En revanche, j’ai fini 3e lors de l’étape à Lyon (23 septembre). J’ai eu des problèmes intestinaux qui m’ont empêché de monter plus haut sur le podium.

Vous essayez de vous aligner sur le plus d’étapes possible ?

Je participe régulièrement à ce genre de compétitions depuis deux ans, deux à trois fois par mois. Je m’entraine cinq fois par semaine. Je fais du Cross-fit, de la musculation, de l’escalade même car je fais d’autres courses qui demandent plus de résistance dans les bras. Je participe à des franchises différentes, de niveau plus ou moins élevé, plus ou moins connues en France mais sur le même principe.

> La ruée des Fadas : une course un peu déjantée

Y a-t-il des obstacles plus difficiles à aborder ?

Ce n’est pas trop compliqué pour moi. J’ai plus de mal à gérer la durée de la course. Je dirais que la plus difficile pour tout le monde, c’est les anneaux et la barre à traverser avec les mains à la fin de l’épreuve.

Qu’est-ce qui vous attire dans la Ruée des fadas ?

J’ai commencé il y a deux ans et demi. La première fois, je suis venu déguisé avec des potes. Après, j’ai arrêté puisque je participe à la compétition. Courir à la Ruée des fadas m’apporte de la satisfaction de courir dans des épreuves uniques. Il y a de l’entraide. Puis, les participants viennent déguiser, ça amène de la bonne humeur. L’ambiance est bonne. J’aime l’animation du speaker.

Propos recueillis par Leslie Mucret

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *