Le nouveau skate park en plein air ravit les Dijonnais

Dans sa stratégie de développer les activités physiques en extérieur, la Ville de Dijon a inauguré en décembre un skate park en plein-air qui a trouvé son public.

 
Depuis décembre dernier, la Plaine des sports de Dijon héberge un nouvel équipement : un skate park en plein-air. « La Ville a pour objectif de mettre l’accent sur les sports urbains qui connaissent une forte évolution ses dernières années, ainsi que de développer des infrastructures sportives en libre accès pour les clubs et le grand public », explique Nathalie Koenders, adjointe au maire. Le skate park, qui vient en complément d’un complexe indoor dont l’entrée est plus réglementée, s’étend sur une zone de plus de 2 000 m2 dans un lieu déjà consacré à la pratique sportive avec des terrains de football et de pétanque, des courts de tennis, le vélodrome et la patinoire, ainsi que le Stade Gaston-Gérard où évolue le Dijon FCO, club de Ligue 1. Des modules et des rails sont répartis sur un secteur “street” de 1 200 m2, à côté d’un espace “bowl” avec une piscine vide en courbe de 2,6 mètres de profondeur pour réaliser des figures acrobatiques. « Nous avons sollicité les futurs utilisateurs et travailler en concertation avec les clubs de roller, de skate et de BMX de la ville pour in fine ouvrir un bel équipement qui convient à tout le monde aux débutants comme aux confirmés », se réjouit l’élue. « De plus, la zone se situe dans un espace arboré assez éloigné des habitations et bien desservi par les transports en commun. La Ville a travaillé pour concevoir un cheminement entouré de verdure. »

 

Des enfants avec leurs grands-parents

Le succès de ce skate park a été immédiat, même antérieur à son inauguration. « Alors que l’espace “bowl” était encore en travaux, des gens venaient sur l’espace street qui était déjà finis », raconte Nathalie Koenders. L’intérêt était toujours vif après l’ouverture officielle. « On voit des petits de trois ans sur leurs trottinettes et des parents ou des grands-parents qui accompagnent leurs enfants qui s’y mettent aussi », sourit l’élue. « Il y a beaucoup de monde, mais les règles sont respectées. Les utilisateurs nettoient les équipements, passent le balai pour retirer les feuilles. Je pense que ça fait partie de la culture des sports de glisse. » Ce nouvel équipement de plein air est arrivé à la fin du deuxième confinement, dans une période où la pratique sportive en intérieur est toujours limitée. « Pour des habitants qui vivent à proximité venir au skate park est un vrai bol d’air », souligne l’adjointe au maire. « Aujourd’hui, seule la pratique en extérieur est autorisée et on croit aux bienfaits de l’activité sportive sur la santé physique et le psychisme. »

 

Des perspectives olympiques

L’inauguration du skate park a eu lieu en petit comité à cause de la pandémie. « On voulait quand même marquer le coup, mais pourquoi pas faire un événement plus important quand la situation le permettra ? », avance Nathalie Koenders. « Nous aimerions faire venir des pointures pour des manifestations. Nous avons déjà des sportifs de haut niveau sur Dijon dont Florian Petitcollin, champion du monde de hauteur pure en roller. » Le skate sera l’une des disciplines additionnelles au programme des Jeux olympiques de Paris en 2024, de quoi ouvrir des perspectives pour la ville bourguignonne, dont plusieurs infrastructures ont été labellisées Centres de préparation aux Jeux à l’automne dernier. « Le skate park répond aux critères pour promouvoir les valeurs olympiques », relève l’élue. « Pourquoi ne pas faire de Dijon une base avancée pour les futurs JO ? Peut-être que de futurs champions olympiques passeront par chez nous. »

Leslie Mucret
Crédit photo : Ville de Dijon
PAS ENCORE DE COMMENTAIRE...

PUBLIER UN COMMENTAIRE