Enjeux majeurs pour les diffuseurs

Avec des droits TV beaucoup moins élevés que ceux du football et du rugby, le handball, le basket et le volley sont aujourd’hui des disciplines devenues enjeux majeurs pour les diffuseurs. D’autant que ces sports drainent d’importantes communautés de fans.

Pas de Ligue 1, ni de Top 14. beIN SPORTS, La Chaîne L’Équipe et Sport en France n’ont pu mettre la main sur les droits de diffusion des deux championnats français les plus regardés. Pour ces chaînes, se positionner sur des disciplines comme le basket, le handball et le volley est donc un enjeu majeur. C’est particulièrement le cas pour beIN SPORTS, qui diffusait la Ligue 1 jusqu’à la saison dernière et dont les week-ends seront désormais rythmés par la Lidl Starligue. beIN SPORTS verse 4 millions d’euros par saison à la LNH pour la diffusion de la Lidl Starligue, soit un montant bien inférieur à ceux en cours dans le football. « Cette année est une nouvelle étape importante dans le partenariat de longue date qui lie beIN SPORTS à la Ligue nationale de handball », se réjouit Florent Houzot, directeur des antennes et des programmes de beIN SPORTS. « Face à un contexte inédit et à de nouvelles contraintes de retransmission, nous avons su repenser ensemble le dispositif de diffusion. Celui-ci permettra à chacun de continuer à profiter du meilleur du handball sur beIN SPORTS, diffuseur exclusif de la Lidl Starligue, avec désormais 3 affiches phares par journée diffusées sur nos chaînes premium, permettant une exposition optimisée du championnat, et une couverture renforcée sur les supports digitaux pour permettre à chacun de suivre au mieux son club ». Un défi qu’entend relever beIN SPORTS afin de continuer de surfer sur des audiences en hausse.

 

« Nouveau palier » pour La Chaîne L’Équipe

 

Du côté de La Chaîne L’Équipe également, très présente sur des disciplines comme le cyclisme, la pétanque et nouvellement le football américain, les audiences sont en hausse. La diffusion de la Jeep Élite correspond donc pleinement à la stratégie de la chaîne de multiplier les directs. « L’arrivée du basket confirme la bonne santé de notre chaîne qui continue de progresser à tous les niveaux », confirme Jean-Louis Pelé, directeur général du Groupe L’Equipe. Le basket sera d’ailleurs l’occasion pour la chaîne de mettre en place une stratégie qui pourrait prendre de l’ampleur et donner des idées à d’autres diffuseurs. « La complémentarité de La Chaîne L’Équipe et du site L’Équipe jouera pleinement son rôle. Cette convergence entre nos supports permet à notre groupe de mettre en place des offres alléchantes et complètes, elle est un axe de développement que nous consoliderons ces prochains mois », assure Jean-Louis Pelé, confiant même qu’en ce début de saison, « La Chaîne L’Équipe franchit un nouveau palier. »

 

 

Le volley pour booster Sport en France

 

« Petit poucet », ou en tout cas dernière-née des chaînes de sport, Sport en France est disponible sur l’ensemble des box, soit 19 millions de foyers, mais aussi accessible gratuitement sur le web. Pour elle, diffuser le championnat de France de volley est donc une fenêtre d’exposition séduisante afin d’attirer un nombre croissant de téléspectateurs. « Sport en France est au service de tous les sports. La LNV souhaitait ardemment retrouver une fenêtre de médiatisation. Nous sommes ainsi très heureux de contribuer à la mise en valeur des championnats de France de volley, dont les principales affiches seront accessibles gratuitement au plus grand nombre », explique Guillaume Sampic, directeur général de Media 365 et éditeur de Sport en France. Une chaîne qui attire principalement les 15-24 ans selon une étude du CNOSF menée avec Médiamétrie et qui pourrait donc attirer un nouveau public de curieux autour du volley. Proposer une diffusion de qualité afin d’attirer les fans de la discipline, mais aussi séduire un public plus large : les enjeux et défis ne manquent pas pour les diffuseurs.

Par Olivier Navarranne
Crédit photo : Icon Sport
PAS ENCORE DE COMMENTAIRE...

PUBLIER UN COMMENTAIRE