Le Beach Wrestling s’attaque au haut niveau

Les 14 et 15 octobre, une équipe de France de lutte 100% féminine participait à la compétition de Beach Wrestling lors des Jeux Mondiaux de plage organisés au Qatar. Retour sur cet événement avec Fanny Massida, la coach de cette équipe de France.

 

Quel bilan tirez-vous de ces Jeux Mondiaux de plage ?
Même si nous n’y allions pas pour faire de la figuration, il n’y avait pas vraiment d’objectif de résultat. Marine Le Cour Grandmaison et Juliette Rondet sont jeunes, pour elles c’était une formidable expérience de participer à un tel rendez-vous. Elles ont fait face à des lutteuses plus expérimentées, il y a donc une logique dans les résultats obtenus. Il y a toujours de bonnes choses à retenir d’un tel événement. A nos yeux, c’est une vraie prise d’expérience.

 

Le développement du haut niveau en Beach Wrestling devient-il une priorité ?
Tout à fait, cela fait plusieurs années que la Fédération Française de Lutte assure la promotion du Beach Wrestling en tant qu’activité ludique et de loisir. C’est une discipline qui attire de plus en plus de pratiquants. La fédération internationale développe de son côté le haut niveau et c’est une dynamique dans laquelle nous avons envie de nous engager. Ces Jeux Mondiaux de plage à Doha ont d’ailleurs montré que le potentiel est là, avec de nombreux supporters présents et des athlètes de qualité.

 

 

Les tournées d’été sont-elles justement un moment idéal pour la promotion du haut niveau ?
Je le pense. Il est vrai que les tournées d’été de Beach Wrestling se développent, avec de plus en plus de dates et de lieux variés. Le public est au rendez-vous, c’est donc un lieu de promotion idéal pour cette discipline. Je pense aussi au Championnat de France de Beach Wrestling, qui sera de retour en 2020. Ce sera évidemment un moment fort pour continuer de développer cette perspective de haut niveau.

 

Peut-on imaginer, à l’avenir, un vivier de lutteurs exclusivement dédié au Beach Wrestling ?
Dans un avenir lointain, ce serait en effet l’idéal. À l’image du beach tennis par exemple, qui a un pool de joueurs et de joueuses exclusivement dédié à cette pratique. Pour le moment, de notre côté, ce n’est pas encore possible, le Beach Wrestling n’en est qu’à ses débuts en termes de haut niveau. Mais ce qui est certain, c’est que cette discipline plaît aux lutteurs et à des athlètes d’autres sports, les judokas par exemple. C’est un sport ludique, facile d’accès, avec des règles simples. Je pense vraiment que le Beach Wrestling est accessible au plus grand nombre.

Propos recueillis par Olivier Navarranne
Crédit photo : FFLutte
PAS ENCORE DE COMMENTAIRE...

PUBLIER UN COMMENTAIRE