Les Gets remontent en selle pour la Coupe du monde de VTT

La Coupe du monde de VTT revient du 12 au 14 juillet aux Gets, site haut-savoyard devenu incontournable pour les vététistes de cross-country et de descente dans les années 90. L’office de tourisme a activement préparé le terrain pour des épreuves qui vont attirer jusqu’à 1 000 concurrents du haut niveau international, dont des Français qui auront à cœur de briller pour ce retour à domicile.

 

« Les Gets is back ! » Oui, la station haut-savoyarde est bien de retour au calendrier de la Coupe du monde Mountain Bike Mercedes-Benz UCI – XCO et DHI. Du 12 au 14 juillet, les meilleurs pilotes de cross-country olympique (XCO) et de descente (DHI) vont tenter de gagner de précieux points à deux manches des finales de la Coupe du monde. À l’office de tourisme des Gets, organisateur de l’événement, la satisfaction n’est pas contenue. « Lorsque nous avons connu la décision officielle de l’UCI (Union cycliste internationale) en septembre dernier, cela a été une explosion de joie », raconte David Chabanal, directeur de l’Office de tourisme des Gets. Car, cette manche de Coupe du monde en 2019 ne sera pas la seule organisée aux Gets, la FFC (Fédération française de cyclisme) et l’UCI ayant conclu un programme s’étalant sur quatre ans. Ainsi, le site accueillera les finales de la Coupe du monde en septembre 2020 et les Championnats du monde en août 2022. Quant à la candidature pour la finale de la Coupe du monde en 2021, elle est bien avancée.

Entre 800 et 1 000 pilotes

Mais, avant de regarder trop loin dans le futur, les organisateurs sont concentrés sur l’épreuve de juillet 2019. « Ce n’est pas si fréquent d’organiser des épreuves de cross-country et de descente lors de la même compétition », souligne David Chabanal. « Les Gets sera une des manches de Coupe du monde avec le plus de participants, ce qui prouve que nous sommes un lieu de référence. » « Nous ne saurons pas le nombre exact de concurrents avant la dernière minute, mais on peut attendre entre 800 et 1 000 pilotes en tout sur les deux disciplines », complète Bertrand Josué, responsable événements à l’Office de tourisme des Gets. Ils commenceront à arriver sur place à partir du 9 juillet pour prendre leurs marques, sans oublier ceux qui auront fait des reconnaissances en amont. Parmi eux, 60 à 80 Français, toutes catégories confondues, vont (re)découvrir cette piste nationale. « Une manche en France, forcément ça motive et attire les vététistes de haut niveau », se réjouit Yvan Clolus, l’entraineur national du XCO. « Nous attendions ce retour en France. Les Bleus auront plaisir à piloter à domicile. » Cette étape aura une saveur encore plus particulière pour Loana Lecomte, originaire d’Annecy. « C’est énorme de participer à une Coupe du monde presque à la maison ! », s’enthousiasme la jeune pilote espoir du cross-country, qui courra en U23.

Les leaders ont rendez-vous

Les tricolores ne viendront pas uniquement pour la proximité. « Les pilotes ont la volonté de faire un Top 10, d’être tout près des podiums », annonce Yvan Clolus. « Je vise un top 5, mais si déjà j’entrais dans les dix premières je serais contente », avance Loana Lecomte. Pas de pression pour cette jeune pilote qui reviendra en Coupe du monde suite à une coupure après la première partie de la saison : « je n’y pense pas encore. C’est motivant de courir à domicile, mais cela reste une manche de Coupe du monde comme les autres. Je vais tout donner pour terminer à la meilleure place. » Les leaders ont annoncé leur présence : Titouan Carod, Pauline Ferrand-Prévot, Victor Koretzky, Maxime Marotte, Jordan Sarrou et Stéphane Tempier en XCO, ainsi que Loïc Bruni, Amaury Pierron et Loris Vergier en DHI. Myriam Nicole, blessée avant le début de la Coupe du monde de descente, est incertaine. Ces pilotes ont un objectif à plus long terme : « cette épreuve marquera le début des sélections individuelles pour les Jeux olympiques de Tokyo en 2020 », précise Yvan Clolus. À noter que les compétitions de XCO débuteront le 12 juillet par l’épreuve de XCC « Short Track », une manche ajoutée par l’UCI depuis 2018 et dont les résultats servent à déterminer les places sur la grille de départ du cross-country. « Cette manche rebat les cartes et apporte des enjeux supplémentaires », explique Bertrand Josué.

« Arriver à la piste parfaite »

Après 14 ans d’absence des épreuves mondiales, les organisateurs sont partis d’une page presque blanche pour concevoir les parcours. « Nous avons fait évoluer les tracés pour les rendre plus difficiles et plus techniques, afin d’arriver à la piste parfaite pour les coureurs », relate Bertrand Josué. « Pour la descente, nous nous sommes appuyés sur l’héritage de la Coupe du monde 2002 et des Championnats du monde 2004. Le squelette de la piste était là, ensuite nous avons travaillé avec la FFC et le Comité de Haute-Savoie pour proposer le tracé. » Le départ sera donné du Mont Chéry à 1 719 mètres d’altitude. « Le début du parcours sera roulant et rapide avant une plongée plus raide », souligne David Chabanal. En ce qui concerne l’épreuve de cross-country, « il nous a fallu plus de travail pour adapter le terrain et la topologie des lieux, sachant que la longueur des boucles a été réduite de moitié par rapport aux années 90 », révèle Bertrand Josué. « Nous avons tenu à ce qu’une partie du circuit passe dans le village pour offrir un côté fun et visuel aux spectateurs », ajoute David Chabanal. Les pilotes emprunteront également des parties techniques du bike park, situé dans le secteur des Chavannes.

Un coup de projecteur international

« Le site des Gets est reconnu pour sa légitimité », affirme David Chabanal. Le début de l’histoire entre la station haut-savoyarde et le VTT remonte au début des années 1990. Le site, bien placé au cœur de l’Europe, a développé ses infrastructures pour la pratique. D’épreuves nationales, les Gets est passé à l’accueil d’événements mondiaux et a vu les meilleurs pilotes s’affronter, jusqu’à devenir un spot reconnu à l’international dans le milieu. « C’est un plaisir de renouer avec l’UCI qui nous compte comme référence », se réjouit le directeur de l’office de tourisme. Cet événement de plan international, retransmis par Red Bull TV et la chaîne L’Équipe, sera une vraie vitrine pour le tourisme dans une région où la pratique du vélo est importante. « La Coupe du monde Mountain Bike Mercedes-Benz UCI va nous permettre de donner un nouvel éclairage aux Gets, d’élargir notre public », estime David Chabanal. Des épreuves à domicile offrent également une bonne publicité pour les futurs vététistes. « Comme nous sommes repartis pour quatre ans aux Gets, des vocations peuvent naître chez les jeunes qui espèreront concourir sur ce spot en 2022 pour les Championnats du monde », avance Yvan Clolus.

Par Leslie Mucret
Crédit photo : FFC / P. Pichon
PAS ENCORE DE COMMENTAIRE...

PUBLIER UN COMMENTAIRE