L’édito du mois : le rêve fugace

Découvrez l’édito de notre magazine de janvier 2020.

 

Le 7 mai 2017, le peuple français a élu Emmanuel Macron président de la République par une volonté de changement avec la politique des trente dernières années. Le programme du plus jeune président de l’histoire a procuré des attentes à tous les étages de la société et le sport a vu, à travers l’attribution des Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024, une aubaine. Un président qui souhaite développer l’activité sportive avec trois millions de pratiquants supplémentaires sur le quinquennat et réformer la gouvernance du sport en créant l’Agence Nationale du Sport. Tout ce beau monde bien installé avance à pas de loup sur les dossiers, car dans notre pays il est très difficile de faire changer les habitudes et les détracteurs ont toujours une bonne raison de s’opposer. Le sport en est le reflet à la fois généreux, solidaire, ambitieux et conquérant, mais il n’échappe pas aux débordements que l’on observe dans notre société. Un incident lors d’un match, des revendications de supporters, une affaire de dopage, une tricherie de pari, une faillite, des malversations, etc. sont le quotidien de la société, mais aujourd’hui le sport est sous la lumière des médias, car c’est le buzz assuré ; les réseaux sociaux ont bouleversé l’information et le sport n’y échappe pas. Alors, réformer le sport français ?  Oui, les Français le souhaitent, car le sport pour tous est un enjeu colossal, lucratif et un vecteur d’emplois. Le monde fédéral doit faire sa révolution, car aujourd’hui le sport est partout, à l’école, en entreprises, en privé, en plein air, seul ou en communauté, et les collectivités ne peuvent plus financer les associations pendant que le secteur privé offre des services et des activités diverses. Aujourd’hui, selon une étude de Deloitte et EuropeActive publiée au printemps 2019, la France compterait 5,96 millions d’adhérents pour 4 370 clubs de fitness, soit 8,9% de la population contre 11 millions en Allemagne (13,3%), 9,9 millions (15%) en Angleterre. 13,6 millions de Français pratiquent la course à pied, du coureur régulier au coureur du dimanche (source Union Sport & Cycle). Cela prouve bien que la réforme du sport doit s’accélérer pour préparer au mieux les candidatures en vue des élections dans les fédérations sportives en 2020, afin de bénéficier de l’effet Paris 2024.

Au nom de toute l’équipe de SPORTMAG, je vous souhaite une année 2020 excellente et la plus sportive possible.

 

« Fais de ta vie un rêve, et d’un rêve, une réalité. »  Antoine de Saint-Exupéry

 

Par Pascal Rioche
Crédit photo : Avalon / Icon Sport
PAS ENCORE DE COMMENTAIRE...

PUBLIER UN COMMENTAIRE