Le longe-côte, un sport venu du nord

En 2005 dans les Hauts-de-France, un entraîneur d’aviron a inventé le longe-côte en cherchant un nouvel exercice. Depuis la discipline, qui entre dans le cadre du sport santé, s’est répandue sur toutes les plages de France.

 
Le longe-côte, discipline qui consiste à marcher le long d’une plage en étant à moitié immergé, se développe de plus en plus en France, grâce à son aspect sport santé et même en compétition. Ce sport n’a pas encore 15 ans, il a été conçu en 2005 par Thomas Wallyn, entraîneur d’aviron au club de Bray-Dunes, dans le Nord. Alors qu’il recherchait une méthode d’entraînement en extérieur en période hivernale pour les membres du club, l’idée de marcher dans l’eau avec une pagaie lui est venue. « Normalement, le longe-côte se pratique avec une pagaie pour faire travailler le haut du corps », précise Caroline Baude, référente de la discipline dans la région Hauts-de-France.

Sport santé et compétition

Thomas Wallyn a ensuite parcouru la Côte d’Opale, s’est rendu auprès de clubs de sports aquatiques pour faire la promotion de cette nouvelle discipline. Le concept a bien pris. « Au club Boulogne canoë kayak, nous l’avons vu comme une discipline permettant d’accompagner les enfants en surpoids », raconte Caroline Baude, également membre de ce club. L’association les Sentiers bleus a été créée pour structurer la discipline. Des personnes hors de la région ont découvert cette nouvelle pratique et le longe-côte s’est répandu sur les autres plages françaises. La Fédération française de randonnée a repris la main sur l’organisation de ce sport. « Elle a gardé les mêmes valeurs que les Sentiers bleus », relève Caroline Baude. Des sections longe-côte se sont formées, d’abord sur les plages des Hauts-de-France puis partout en France. « Le longe-côté peut être pratiqué par tous sans condition d’âge, est accessible aux personnes qui n’ont jamais fait de sport avant et ne demande pas d’être un bon nageur », explique la référente. « Ce sport n’est pas traumatisant pour le corps, on ne risque pas le claquage. » La santé et le bien-être semblent être les aspects qui motivent le plus les pratiquants – la licence étant gratuite si une activité sportive a été prescrite par un médecin – mais l’esprit de compétition existe. Les Hauts-de-France ont déjà organisé cinq championnats de longe-côte.

Vers les lacs ?

Le Touquet Opale Longe Côte est le club qui contient le plus d’adhérents sur le territoire avec 180, mais la FFRandonnée n’a pas encore mené d’études pour connaître le nombre exact de pratiquants dans les Hauts-de-France. Dans la région, comme en France, les adeptes vont être de plus en plus nombreux. « Pour l’instant, le longe-côte se pratique sur les plages, mais la Fédération réfléchit à aller dans les lacs, voire dans les piscines », dévoile Caroline Baude. « La discipline va encore évoluer. »

Leslie Mucret
Crédit photo : Boulogne canoë kayak
PAS ENCORE DE COMMENTAIRE...

PUBLIER UN COMMENTAIRE