Haltérophilie – Anaïs Michel : « Les Jeux, un aboutissement »

Anaïs Michel entre en lice ce samedi aux championnats d’Europe dans la catégorie -48kg à Moscou. Entretien avec l’athlète de 33 ans en quête d’une qualification pour ses premiers Jeux Olympiques.

 

Comment se sont passées les premiers jours à Moscou en attendant le début de la compétition ?

Nous sommes arrivés mercredi. On a pris nos marques à l’hôtel, on s’est entraînés jeudi et vendredi. Les mesures sanitaires sont en vigueur. On prend notre température régulièrement.

 

Quels sont vos objectifs pour ces championnats d’Europe ?

Dans un premier temps, je souhaite marquer le maximum de point dans la course à la qualification olympique. Un championnat d’Europe distribue beaucoup de points. En fonction des adversaires, il faudra rester à un bon classement. Je veux donner le meilleur de moi-même et me faire plaisir puisque ça fait un an qu’on prépare et attend cette compétition. J’ai envie de profiter de ce plateau international et de ce retour en compétition. Si l’opportunité de gagner se présente, je vais la saisir.

 

Comment avez-vous vécu cette année sans compétition ?

C’était difficile de s’adapter à chaque annulation, à chaque report. Cela a demandé de la ressource pour rester motivée à l’entraînement.

 

Etes-vous en bonne position pour participer aux Jeux Olympiques de Tokyo ?

Il y deux façons de se qualifier : figurer parmi les huit meilleures mondiales ou être la meilleure de son continent. Pour l’instant, je suis meilleure européenne et dans les huits premières du classement olympique. C’est donc très bien engagé pour que je participe à mes premiers Jeux en tant que titulaire.

 

Que représente cette compétition pour vous ?

Les Jeux, c’est un rêve à vivre, un aboutissement. Me qualifier aux Jeux Olympiques a toujours été mon objectif. Ce serait donc une joie énorme.

 

Comment allez-vous gérer une journée de compétition comme celle de ce samedi ?

La journée va être longue parce que je tire en fin de journée. La gestion de l’attente est importante, je me pèse à 18 heures. Il faut que je reste calme et que je sois très concentrée au moment de rentrer sur le plateau d’échauffement.

Propos recueillis par Loïc Feltrin
Crédit photos : Schreyer / Icon Sport et
PAS ENCORE DE COMMENTAIRE...

PUBLIER UN COMMENTAIRE