Paris 2024 : Les Ardennes veulent renvoyer une image positive

Le Département des Ardennes souhaite que la dynamique des Jeux olympiques de Paris 2024 serve son territoire et ses habitants. Deux sites départementaux ont été labellisés Centre de Préparation aux jeux. Nathalie Robcis, vice-présidente du conseil départemental, et Cédric Mionnet, chef du service prévention, vie associative et sports font le point.

 
Deux équipements sportifs portés par le Conseil départemental des Ardennes ont été labellisés Centres de préparation aux Jeux. Pouvez-vous d’abord présenter la Maison départementale des sports ?

Cédric Mionnet : Il s’agit d’un équipement omnisports de 4 400 m2 ouvert en 2008 à Bazeilles, près de Sedan, et géré par le service des sports du Département. La Maison a été retenue pour le judo olympique et paralympique, ainsi que pour la boxe. Elle dispose d’une salle de boxe avec trois rings d’entraînement et d’un dojo avec une tribune pouvant accueillir jusqu’à 350 personnes, ainsi que d’une salle de musculation. Des salles de réunion et informations sont également mises à la disposition des utilisateurs. Le lycée hôtelier, situé juste à côté et réputé mondialement, est partenaire de l’opération pour l’hébergement et la restauration. D’autres infrastructures intéressantes, dont un gymnase et une piste d’athlétisme pour peaufiner la préparation physique, sont également tout près.
 
Qu’en est-il du site du Lac des Vieilles Forges ?

C. M. : Le Conseil départemental a postulé et obtenu le label Centre de préparation aux Jeux pour l’aviron olympique et paralympique, le canoë-kayak sprint et le paracanoë sur ce plan d’eau de 150 hectares, au nord-ouest de Charleville-Mézières. C’est le joyau de notre département situé en pleine nature. La base de loisirs autour du lac comprend un gymnase, un palais des congrès avec salle de réunion et offre la possibilité de se restaurer. Nous sommes en partenariat avec Homair Vacances, chaîne d’hôtellerie en pleine nature, pour assurer l’hébergement des délégations.

 

 

Qui avez-vous mobilisé autour de la candidature de ces sites ?

C. M. : Le Conseil département s’est attaché à fédérer le territoire. Nous avons travaillé avec le CDOS et les comités départementaux concernés dans la réalisation des dossiers de candidature. Nous avons aussi consulté les athlètes de haut niveau locaux, dont Eddy Potdevin, membre de l’équipe de France de paracanoë, pour leurs conseils. Ensemble, nous allons passer à la vitesse supérieure pour aller chercher des délégations internationales. Par exemple, le boxeur franco-camerounais Hassan N’Dam, qui s’entraîne régulièrement à la Maison départementale des sports, va faire la promotion du territoire auprès des pays du nord de l’Afrique. Nous avons vraiment besoin de tous ces partenaires.
 
Que peut faire le Conseil départemental pour accompagner cette promotion ?

C. M. : Notre rôle de politique a été rempli. Un budget a été alloué pour remettre en état salle de boxe avant la fin de décembre afin d’offrir un vrai cadre de qualité pour les athlètes de haut niveau. L’année prochaine, 6 millions d’euros seront mis sur la table pour changer l’ensemble des tatamis. Par ailleurs, des travaux sont prévus dans les deux prochaines années sur la base de loisirs des Vieilles Forges pour ajouter une piscine, un espace VIP et des gites de standing.

Nathalie Robcis : Avoir le label Centre de préparation aux Jeux pour des disciplines paralympiques va nous permettre d’améliorer l’accès de nos sites pour les Ardennais en situation de mobilité réduite. Nous avons quelques détails à peaufiner pour être vraiment aux normes.

 

 

Pourquoi le Département des Ardennes s’implique-t-il dans la préparation des Jeux olympiques et paralympiques de Paris ?

C. M : Nous voulons utiliser la dynamique des JOP pour donner une image positive des Ardennes à l’extérieur. Nous avons de belles infrastructures, du dynamisme et des idées. Nous voulons aussi véhiculer une image positive du sport à l’intérieur du département, montrer les valeurs de l’olympisme dans les collèges.

N. R : Nous sommes un département vert, pas si loin de Paris. De plus, Charleville-Mézières se situe à 45 minutes de l’aéroport de Charleroi en Belgique. Les Ardennes ont de quoi attirer des délégations étrangères.
 
Quelles autres actions portent le Conseil départemental en vue des Jeux de 2024 ?

N. R : Les Ardennes ont décroché le label Terre de Jeux 2024 qui va nous permettre d’être accompagnés pour développer le sport pour tous dans l’optique des JOP. C’est d’autant plus important de mettre le sport au cœur du département avec cette crise sanitaire qui nous affecte. L’héritage des Jeux sera important.

C. M. : Le Conseil départemental organise une cinquantaine d’actions tout au long de l’année dans le cadre du label Terre de Jeux 2024. Nous organisons par exemple des journées “Bien manger, bien bouger” pour les élèves de 6e lors desquelles nous faisons découvrir des activités physiques tout en faisant intervenir des professionnels de la diététique. Nous sommes toujours accompagnés par le Comité départemental handisport pour sensibiliser les jeunes. L’Ardenn’Tour permet à des comités de sports olympiques et méconnus de s’installer dans un village pendant une journée pour mettre en avant leurs disciplines auprès des habitants. Cette action connaît un grand succès depuis 2014.

Propos recueillis par Leslie Mucret
Crédit photo : Bruno Gouhoury
PAS ENCORE DE COMMENTAIRE...

PUBLIER UN COMMENTAIRE