10/25/2020

CPJ en Occitanie, « un coup de projecteur sur les territoires »

43 sites ont été labellisés Centres de préparation aux Jeux en Occitanie. Émilie Lépron, directrice du CROS Occitanie, explique ce que représente cette distinction.

 
Quel est la vocation exacte des Centres de préparation aux Jeux ?

Les Centres de préparation aux Jeux ont été créés afin de répondre à l’ambition de faire des Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024 les Jeux de toute la France. L’objectif est de valoriser l’ensemble du territoire national auprès des délégations du monde entier. Les sites retenus ont été évalués sur des caractéristiques techniques et non techniques, comme les infrastructures, la proximité des établissements médicaux ou encore sur les moyens de transport pour fournir un accueil de qualité aux athlètes étrangers.
 
De quelle manière ont été choisis les sites labellisés Centres de préparation aux Jeux ?

Plus de 750 sites ont envoyé leur candidature entre le 15 juillet et le 30 novembre 2019 à Paris 2024. Ensuite, le comité d’organisation a étudié les dossiers avec le CNOSF, le Comité paralympiques et sportif français, les fédérations qui ont apporté leur point de vue technique et l’État pour s’assurer de l’engagement des territoires. Début octobre, 619 sites, répartis sur 415 collectivités, ont été choisis. Toutes les régions sont couvertes.

 

 

L’Occitanie compte combien de Centres de préparation aux Jeux ?

En tout, 43 sites sur 37 collectivités. Douze des treize départements de la région ont au moins un Centre de préparation aux Jeux sur leur territoire. L’Occitanie a une géographie spécifique qui favorise la pratique des sports nautiques et de montagne. Le panel d’activités couvertes est assez large avec 58 disciplines olympiques et paralympiques confondues. L’antenne du CREPS à Font Romeu (photo), dans les Pyrénées-Orientales, a l’avantage d’être également un Centre national d’entraînement en altitude, un atout que vont rechercher les équipes d’encadrement. Le lieu a été retenu CPJ pour 24 disciplines à lui seul, ce qui promet une belle concentration de talents sportifs. Les deux métropoles de la région Montpellier et Toulouse ont aussi vu leurs équipements labellisés pour de nombreux sports et cela va leur permettre d’animer leurs territoires.
 
Quelle est la suite pour les sites labellisés ?

Ils vont figurer dans un catalogue distribué aux 206 comités nationaux olympiques et 182 comités nationaux paralympiques, ainsi qu’aux fédérations internationales qui veulent réaliser leur préparation en France dès l’été 2021. Chaque structure est également libre de communiquer directement auprès de ces entités. Pour les collectivités, il s’agit d’un véritable coup de projecteur, notamment pour les territoires ruraux comme l’Ariège, l’Aveyron ou certaines parties du Gard. La capacité de recevoir des disciplines paralympiques met également des sites en valeur car elle prouve qu’ils sont adaptés pour recevoir un public en situation de handicap.

 

 

Comment le CROS va accompagner les CPJ d’Occitanie ?

L’idée est d’aider la communication de ces structures, dont les caractéristiques ont déjà été évaluées. Après pourquoi pas fournir un accompagnement individualisé sur l’animation et la valorisation des sites qui en auraient besoin.

Propos recueillis par Leslie Mucret
Crédit photo : CREPS CNEA Font-Romeu
PAS ENCORE DE COMMENTAIRE...

PUBLIER UN COMMENTAIRE