L’édito du mois : Paris 2024, un enjeu fondamental

Découvrez l’édito du mois consacré à l’héritage des Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024.

 

Les nouveaux comportements de consommation dans le sport bousculent tous les codes de la société aussi bien chez les utilisateurs que chez les prestataires. En cette période de campagne en vue des élections municipales de mars 2020, le sport est un sujet de plus en plus complexe pour les élus. En raison de la baisse des dotations de l’État ces dernières années, leur champ d’action s’est restreint. Les exigences des clubs, l’éclosion des sports émergents, le développement du sport santé ont poussé la société à repenser l’organisation des investissements dans les collectivités. En 2020, nos élus ne pourront plus seulement penser à l’échelle de la commune, mais leur réflexion devra s’étendre à des bassins de vie, sans oublier le monde rural qui représente un vivier économique très important dans le tourisme sportif et les pratiques de pleine nature. Le rôle des fédérations sportives auprès des collectivités se doit d’évoluer en créant des postes territoriaux pour accompagner les clubs et les associations dans la formation, l’élaboration des projets de développement de pratiques pour tous les publics, car seules les fédérations qui accompagneront et moderniseront le fonctionnement des clubs survivront. La mutation des pratiquants vers le secteur privé est souvent causée par le manque d’offres et de souplesse du monde fédéral. La perspective de Paris 2024 va créer une dynamique dans notre société et il ne faudra pas se tromper dans les choix, car cela pourrait vite devenir un fiasco si nous ne prenions pas en considération toutes les parties pour la réussite de l’héritage de ces Jeux olympiques en France. L’Éducation nationale et les fédérations sportives sensibilisent les jeunes depuis 2015 avec “L’olympisme de l’école à l’université” et, depuis 2017, “La Semaine olympique et paralympique pour la découverte et la pratique de disciplines sportives”, afin de donner le goût de se bouger et du dépassement de soi tout au long de la vie. La réussite de Paris 2024 sera-t-elle l’héritage laissé aux Français ?

 

« On ne construit pas une société forte sur des choix mous. » Alain Madelin

Par Pascal Rioche
Crédit photo : Icon Sport
PAS ENCORE DE COMMENTAIRE...

PUBLIER UN COMMENTAIRE