10/25/2020

L’avenir du cyclisme français passe par la Haute-Saône

Les Championnats de France de l’Avenir de cyclisme sur route auront lieu à Gray, en Haute-Saône, du 22 au 25 octobre. Gilles Zoppi, président du comité de Bourgogne-Franche-Comté, présente la compétition.

 
En introduction, quels coureurs sont concernés par les Championnats de France de l’Avenir de cyclisme sur route ?

Cette compétition va sacrer des jeunes cyclistes français dans trois catégories, cadets (15 et 16 ans), plus les minimes chez les femmes, juniors (17 et 18 ans) et espoirs (de 19 à 23 ans). Après leur victoire sur l’épreuve de course en ligne ou sur le contre-la-montre, on leur remettra un maillot tricolore qu’ils porteront jusqu’aux prochains Championnats de France de l’avenir.
 
De quelle manière le comité régional de cyclisme de Bourgogne-Franche-Comté est impliqué dans l’organisation de cette édition 2020 qui aura lieu à Gray, en Haute-Saône, du 22 au 25 octobre ?

Le comité régional est à fond dans l’organisation, avec le Conseil départemental de la Haute-Saône, qui est moteur dans le financement, la Fédération française de cyclisme et le comité départemental de cyclisme et la Ville de Gray. Nous sommes tous impliqués dans la gestion des bénévoles, l’élaboration des parcours ou encore la recherche de financement. Trouver des bénévoles n’est pas simple habituellement et cette année, il en faut encore plus pour faire appliquer les mesures anti-Covid. Nous faisons appel à l’IME local avec qui nous avons déjà travailler. Ces jeunes en situation de handicap pourront avoir un impact sur la manifestation en nous aidant.

 

 

Quelles mesures sont prévues pour vous adapter à la pandémie de Covid-19 ?

Pour le moment, la jauge est encore limitée à 5 000 personnes pour un grand événement en Bourgogne-Franche-Comté, mais nous avons l’objectif de ne pas dépasser les 3 000 personnes présentes sur site. Nous avons la chance d’organiser une manifestation en extérieur et sur un circuit de 20 km. L’application des gestes barrières sera impérative. Des brigades Covid vont circuler sur les sites de départ et d’arrivée pour faire respecter le port du masque et disposeront du gel pour permettre aux gens de se désinfecter les mains. Évidemment, on est toujours dans l’attente parce qu’on ne sait pas comment la situation va évoluer et s’il y aura de nouvelles restrictions.
 
Quelles sont les spécificités des circuits qui attendent les jeunes cyclistes ?

Nous avons établi plusieurs parcours sur un tracé relativement plat, sans grosses difficultés. La route de l’hôpital de Gray juste avant l’arrivée, est pentue et sera technique. S’il y a du vent du nord, le retour vers la commune sera plus compliqué. C’était une volonté du président du Conseil départemental, Yves Krattinger, d’organiser ces Championnats de France de l’avenir à Gray, dans le sud de la Haute-Saône, pour rééquilibrer face aux épreuves qu’il y a déjà eu à Vesoul et à la Planche des belles filles.

 

 

Le territoire de la Haute-Saône favorise-t-il le développement du cyclisme dans la région ?

C’est l’un des départements moteurs de la région dans la volonté de promouvoir le cyclisme. Le final du dernier Tour de France s’est déroulé à la planche des Belles filles et nous étions à deux doigts de récupérer l’organisation des Championnats du monde 2020 après le retrait de la Suisse (ils ont eu lieu à Imola finalement, ndlr). Quand le Comité régional veut organiser une épreuve sur le territoire, nous avons une oreille attentive. Le département, et même la région, présentent différentes topologies qui conviennent à tous types de cyclistes.
 
Est-ce que des jeunes cyclistes de Bourgogne-Franche-Comté peuvent briller sur ces championnats ?

L’année dernière, à Beauvais, nous avons eu les deux vainqueurs sur l’épreuve reine des espoirs, Evita Muzic et Théo Delacroix (photo). Sur les quatre derniers championnats, le Comité régional de Bourgogne-Franche-Comté a ramené à chaque fois deux titres et on espère faire aussi bien cette année. Malheureusement, Théo Delacroix a été victime d’une chute et sera forfait, mais Evita Muzic sera présente. Juliette Labous, championne de France du contre-la-montre élite en août dernier, ainsi que Jade Wiel, qui a enlevé le titre national en course en ligne élite en 2019, sont aussi engagées en espoirs. La Bourgogne-Franche-Comté va aligner trois championnes de France lors de cette compétition. Ces Championnats de France de l’Avenir seront l’occasion de montrer notre savoir-faire en formation, en plus de nos qualités pour l’organisation et d’offrir une vitrine pour les jeunes.

Propos recueillis par Leslie Mucret
Crédit photo : Gilles Zoppi
PAS ENCORE DE COMMENTAIRE...

PUBLIER UN COMMENTAIRE