Thierry Sauvage : « On sera aux côtés de l’ASVEL »

Directeur général d’OL Groupe, Thierry Sauvage revient sur le choix et les détails du partenariat signé avec LDLC ASVEL, le club de Tony Parker.

 

Pourquoi OL Groupe a-t-il décidé d’investir dans le basket ?
Tony Parker et Jean-Michel Aulas ont une âme d’entrepreneur. C’est un rapprochement gagnant-gagnant et une œuvre commune. Nous rentrons au capital de l’ASVEL avec une participation minoritaire, mais significative, pour leur permettre de passer d’une dimension nationale à une dimension internationale, avec une vision qui nous unit dans la professionnalisation et la performance sportive. Le timing est parfait pour Jean-Michel Aulas, mais aussi pour Tony Parker, avec le retour de l’ASVEL en Euroligue d’un côté, en étant la seule équipe française à intégrer la prestigieuse ligue fermée, et de l’autre, notre projet de création de salle de spectacle à proximité du Groupama Stadium.

 

La présence de Tony Parker, a-t-elle été un élément important dans votre décision ?
Nous avons vécu un moment exceptionnel partagé avec un homme et un sportif d’exception. C’est aussi un moment tourné vers l’avenir et nous avons ouvert un nouveau chapitre dans le grand livre de l’histoire de nos deux clubs.

 

Utiliser l’image et la notoriété de Tony Parker

 

Pouvez-vous nous donner les détails de ce deal avec l’ASVEL ?
OL Groupe prend une participation minoritaire dans le capital de l’ASVEL avec 3,4M€ pour 25% au sein de LDLC ASVEL (équipe masculine) et 0,3M€ pour 10 % au sein de Lyon ASVEL Féminin. En parallèle, nous avons un accord stratégique, notamment de synergies commerciales, dans lequel nous garantissons à l’ASVEL (masculin et féminin) un revenu global minimum annuel de 2,5 M€ sur plusieurs années. Nous pourrons utiliser l’image et la notoriété de Tony Parker pour des développements internationaux à venir, notamment aux USA et en Chine.

 

Quels sont les objectifs pour OL Groupe avec ce deal ?
Nous allons contribuer à la commercialisation des produits de l’ASVEL comme la billetterie et le sponsoring, écrire des histoires plus globales sur les partenariats pour développer le business des clubs, développer des séminaires au Groupama Stadium et à l’Astroballe, mais aussi aider au développement du merchandising. Nous allons pouvoir proposer des abonnements croisés et proposer une visibilité encore plus large aux partenaires. On sera aux côtés de l’ASVEL, de Tony et de son groupe.

 

Une nouvelle salle pour les grand rendez-vous

 

Qu’est-ce que l’OL, qui est déjà une marque installée à l’international, peut-il gagner avec cette entrée au capital et ce sponsoring ?
L’Olympique Lyonnais va bénéficier de l’image internationale de Tony Parker, quadruple champion NBA avec les Spurs de San Antonio, notamment aux États-Unis et en Chine. Tony Parker assurera la promotion de l’OL à l’étranger grâce à sa notoriété, sur ces territoires où l’OL Groupe souhaite consolider son développement.

 

Cette entrée au capital était-elle nécessaire en vue de la construction de la nouvelle grande salle, prévue à Décines ?
Cet été, un peu plus de 215 000 spectateurs ont assisté aux concerts des stars internationales Ed Sheeran et Phil Collins, mais aussi des artistes de Stars 80. Le Groupama Stadium a également accueilli 160 000 visiteurs venus du monde entier (dont 15 000 américains) pour les demi-finales et la finale de la Coupe du monde de football féminin, un événement mondial que les Lyonnais ne sont pas près d’oublier. Le Groupama Stadium ne peut pas être exploité toute l’année, car il n’a pas de toit et a deux clubs résidents, masculin et féminin. Ajoutons à cela près de 500 séminaires par an, mais avec une jauge limitée à 2 500 participants. La nouvelle Arena s’inscrit donc logiquement dans notre stratégie Full Entertainment et le développement d’OL City. Ce sera avant tout une salle de spectacle qui accueillera des concerts (de 15 000 à 16 000 personnes), des séminaires de grande ampleur (plus de 3 000 personnes) et des événements sportifs (12 000 personnes). Notre vision est de faire en sorte que l’ASVEL puisse utiliser cette nouvelle Arena, notamment sur des matchs de prestige d’Euroligue. La salle pourrait être opérationnelle en 2022/23. En championnat (et certains matchs d’Euroligue), l’ASVEL continuera d’évoluer à l’Astroballe, la salle historique du club de Villeurbanne.

 

Jean-Michel Aulas rêve-t-il, à moyen ou long terme, de former un OL encore plus puissant avec le football et le basket, à l’instar du Real Madrid, du FC Barcelone et du Bayern Munich ?
Comme pour l’OL, JMA et TP ont la volonté d’emmener l’ASVEL le plus haut possible et d’en faire un club de référence au niveau continental. C’est ce qui nous a réunis et nous donne une vigueur et un enthousiasme au quotidien pour atteindre nos objectifs.

Propos recueillis par Simon Bardet
Crédit photo : Damien LG
PAS ENCORE DE COMMENTAIRE...

PUBLIER UN COMMENTAIRE