109 Network met les décideurs et les prestataires autour de la table

109 Network a été créé par Aurélien Flacassier et Julien Couchet pour organiser des rencontres entre des décideurs, principalement dans le monde du sport, et des prestataires dans l’ambiance conviviale d’un restaurant gastronomique. Plus d’explications avec Aurélien Flacassier.

 

Qui cherchez-vous à mettre en relation grâce à 109 Network ?
Nous présentons des prestataires, des entreprises et des start-up, à notre réseau de décideurs, c’est-à-dire des directeurs généraux ou marketing de clubs ou de marques, et des ayants droit, comme des fédérations, dans le sport, le loisir et l’entertainment. Nous organisons ses temps sous forme de dîners dans des hauts lieux de la gastronomie française avec généralement vingt décideurs, qui ont été invités, à qui l’on présente dix prestataires qui ont payé leur entrée. Nous en avons déjà organisé quatre. Le but de 109 Network est d’être le trait d’union entre des décideurs qui ont peu de temps pour chercher de nouveaux outils et solutions de développement et des prestataires qui ont du mal à les approcher. Les rencontres sont facilitées, ils peuvent voir plusieurs personnes en une seule soirée pour ensuite travailler ensemble.

 

Pourquoi avoir choisi le format de dîners dans de grands restaurants ?
Nous n’avons rien révolutionné. Beaucoup de personnes organisent des rencontres dans leur réseau. Nous, nous voulons offrir un service premium pour faire venir les gros décideurs. On sait qu’ils n’ont pas besoin de nous pour aller assister à un événement sportif ou culturel, alors on les invite autour d’une bonne table. Nous nous appuyons sur trois piliers : la qualité, la convivialité et le professionnalisme. Organiser ces temps dans des lieux prestigieux afin de créer une bonne relation entre tous est notre plus par rapport à nos concurrents.

 

« Professionnaliser le sport »

 

Quels grands décideurs ont déjà assisté aux dîners de 109 Network ?
Le troisième a réuni les ayants droit du sport. Étaient présents, entre autres, des directeurs généraux, marketing et digitaux de clubs, du Stade Rennais et de l’AS Monaco pour le football, du Limoges CSP pour le basket , du Stade Toulousain et du Lyon OU pour le rugby, mais aussi des représentants des Fédérations françaises de tennis et de golf, ainsi que des organisateurs de grands événements comme les Longines Masters d’équitation, face à des prestataires qui peuvent répondre aux problématiques de développement des revenus, d’amélioration de l’activation des fans pour qu’ils dépensent plus. Le premier 109 dîner, en avril dernier, a concerné les sponsors du sport, le deuxième portait sur la direction des ressources humaines pour développer le bien-être en entreprise et le quatrième sur le digital. La soirée se déroule en trois temps. Elle commence par un cocktail de bienvenue, puis, sur le modèle du speed dating, les prestataires rencontrent les décideurs en « one to one » et ont quatre minutes pour pitcher l’ensemble de leurs services. Ensuite, ils dînent tous ensemble avec généralement quatre décideurs et deux prestataires par table. Nous pouvons faire changer les participants de place si le besoin s’en ressent.

 

Comment Julien Couchet et vous avez eu l’idée de créer 109 Network ?
Avec Julien, nous nous sommes rencontrés lors d’un match de football organisé par France Pub, un réseau de décideurs. De par nos métiers, moi à Compétences Phénix, un cabinet de recrutement spécialisé dans les métiers du tertiaire et lui à VIDELIO-Events qui propose un accompagnement audio-visuel notamment dans le sport, on connaît bien le monde du sport, les directeurs marketing, les ayants droit, les marques. Nous nous sommes beaucoup aidés par nos business respectifs, lui en présentant mon cabinet et moi en faisant des mises en relation avec des clients reconnus de VIDELIO-Events. On s’est dit que beaucoup de réseaux existent dans le sport et la publicité et qu’il était pertinent de les lier, qu’à tous les deux nous pouvions aller chercher tout le monde. Notre souhait est de professionnaliser le sport, d’aider les décideurs à se moderniser en allant chercher des acteurs innovants pour développer de nouvelles sources de revenus et ne pas s’appuyer uniquement sur les droits TV. 109 Network est notre façon de monétiser notre réseau pour l’élargir. De plus, ça nous plaît de rencontrer des gens, nous apprécions l’humain et nous sommes à l’écoute de leurs besoins, ce qui renforce notre légitimité. Les décideurs ont confiance en notre expertise pour leur présenter des prestataires de qualité, gagner du temps et passer un bon moment. Les prestataires peuvent trouver des marchés et créer des liens entre eux. C’est du business convivial autour d’une bonne bouffe.

 

 

« La verticalité est importante »

 

Vous vous appuyez sur votre réseau pour attirer les décideurs. Comment faites-vous pour les prestataires ?
Nous sommes aidés par des consultants selon les thématiques. Nous comptons sur le bouche-à-oreille et sur un système de parrain/filleul, l’entreprise ou la start-up qui fait venir un autre prestataire avec elle a droit à un tarif réduit. Pour nous élargir, nous souhaitons passer des partenariats avec d’autres structures, comme Bpifrance, la banque d’investissement public, ou des loueurs de bureaux qui hébergent plusieurs start-up.

 

Les organisations de grands événements en France, la Coupe du monde de rugby en 2023 et les Jeux olympiques en 2024, amènent-elles de nouvelles entreprises dans le secteur du sport ?
Les comités d’organisation « France 2023 » et « Paris 2024 » étaient présents lors de certains dîners. Cela nous permet de leur présenter des prestataires qui n’officient pas encore dans le sport, comme des spécialistes de sites internet ou de e-commerce, mais qui sont intéressés pour entrer dans ce domaine. Cette verticalité est importante pour apporter de nouveaux savoir-faire dans le sport et l’aider à se professionnaliser.

 

Quels sont vos projets pour cette année 2020 ?
Nous allons conserver notre ADN sportif, mais on ne s’interdit pas de s’ouvrir à d’autres univers (voir encadré). Nous souhaitons accélérer le rythme, faire six ou sept dîners dans l’année en restant dans des restaurants gastronomiques, mais en allant peut-être dans des lieux plus insolites.

 

 

Explorer la verticalité

« En 2020, nous comptons développer du contenu plus vertical », affirme Julien Couchet. « Nous resterons autour du sport tout en entrant dans de nouveaux univers. » 109 Network va mettre en relation des décideurs et des prestataires dans des secteurs plus diversifiés : la nourriture et la boisson, la vente au détail ou encore le eSport. Dès ce mois-ci, le dîner aura pour thématique les médias avec les directeurs généraux et marketing de la presse française (Le Figaro, Le Monde, l’Équipe) ou encore Eurosport et des décideurs de la Ligue professionnelle de football et de la Ligue professionnelle de basket entre autres. Un grand événement sur le business dans le sport à l’international est en cours de préparation. Il se déroulera sur une demi-journée et une soirée et accueillera 60 décideurs ainsi que 30 prestataires.

Par Leslie Mucret
Crédit photo : David Théophile
PAS ENCORE DE COMMENTAIRE...

PUBLIER UN COMMENTAIRE