SPORTMAG.fr

Babolat, la grande diversification

Schreyer / Icon Sport

Leader mondial du tennis, Babolat ne cesse de se diversifier. Présentation de cette entreprise familiale lyonnaise à la pointe de l’innovation.

 

En 1875, une année seulement après l’édiction des règles du tennis, l’anglais Bussey vient à la rencontre de Pierre Babolat pour lui demander s’il peut fabriquer un cordage pour équiper ses cadres de raquettes. Celui-ci se trouve alors à la tête des établissements Babolat, réputés pour la fabrication des cordes destinées aux instruments de musique et des enveloppes pour la charcuterie, en boyau naturel. Babolat entre sur le court et devient ainsi l’inventeur du cordage pour raquettes de tennis. En 1994, Pierre Babolat (le deuxième du nom) crée le premier cadre de raquette de tennis Babolat, donnant ainsi à la marque un nouveau statut. La raquette Babolat Pure Drive devient alors le modèle emblématique de la marque. Après avoir lancé les premières balles de tennis Babolat en 2001, la marque s’associe avec Michelin pour fabriquer en 2003 la première chaussure 100 % tennis. Cette même année, une ligne de textile technique vient renforcer la gamme d’équipements du joueur de tennis. L’offre Babolat est désormais complète : on ne joue plus seulement avec Babolat mais en Babolat ! Forte de sa légitimité historique, la marque s’est toujours imposée comme source permanente d’innovations. En 2013, Babolat invente le tennis du futur en lançant la raquette « Babolat Play Pure Drive », la première raquette connectée qui offre une nouvelle expérience au jeu grâce à des capteurs intégrés dans la raquette.

Tennis, mais aussi badminton et padel

« Depuis plusieurs années, nous sommes le leader mondial sur l’activité du tennis, aussi bien pour la raquette que pour la corde », assure David Gire, directeur marketing et commercial France Babolat. Effectivement, en 2012, la marque basée à Lyon est passée devant son concurrent Wilson en matière de chiffre d’affaires réalisé sur la vente de raquettes. Avec un marché du tennis globalement en érosion, l’entreprise n’a pas intérêt à négliger les autres sports de raquette. « Nous devons développer des relais de croissance. Le padel peut en être un sur les 5 ou 10 prochaines années. Aujourd’hui, nous sommes une marque challenger de cette discipline, avec des développements à réaliser en Espagne et en Amérique du Sud, les deux endroits du globe où le padel est le plus pratiqué. Concernant le badminton, nous nous trouvons dans une situation de co-leadership en France, avec Yonex. Ici, le gros du marché se situe en Asie, continent où la pratique de ce sport est plus importante que celle du football en Europe ».

Découvrez ici la suite de l’article

 

Arnaud Lapointe

 

Articles similaires :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *