L’édito de Bruno Soirfeck, président du Chaumont Volley-Ball

Découvrez l’édito de Bruno Soirfeck, président du Chaumont Volley-Ball.

 

Je milite pour que le sport prenne plus de place en France. Ses bienfaits en termes d’éducation, ainsi que le travail des salariés et bénévoles dans ce milieu, ne sont pas assez valorisés. Ses valeurs sont au-dessus de la mêlée : quand on aime et/ou pratique un sport, on se moque du sexe ou de la religion, il n’y a que la couleur du maillot qui compte. C’est notre rôle de proposer du spectacle durant lequel les gens sont heureux d’être ensemble. Le sport est l’un des rares domaines qui le permet.

 

Je le vois chez moi en Haute-Marne où le Chaumont Volley-Ball Haute-Marne a un lien fort avec le territoire. Grâce à cinq finales lors des deux dernières saisons, le club a fait de cette ville de 22 000 habitants une place qui compte dans le paysage du volley. Lorsque j’ai repris le CVB 52, il était au fond de la 2e division et, à force de travail, nous sommes passés d’une centaine de licenciés à 220 et de deux salariés à six. Le sport crée de l’emploi et même un solde migratoire positif, car les entraîneurs et les joueurs étrangers s’installent ensuite dans la région et se reconvertissent au niveau local.

 

Nous avons une bonne alchimie au niveau du territoire, où l’on essaye de maintenir le lien entre professionnels et amateurs en se déplaçant dans des écoles, par exemple. L’agglomération de Chaumont fait construire pour 2020 un complexe sportif appelé Palestra, qui nous permettra d’accueillir plus de supporters et de continuer à grandir. Nous avons aussi une bonne synergie avec le monde de l’entreprise. L’agglomération de Chaumont se trouve dans la « Prosthesis Valley », qui rassemble de grandes entreprises spécialisées dans la prothèse. Le samedi, à la salle Jean-Masson, tout le monde est réuni pour partager sa vision économique et exister ensemble sur le territoire.

 

Depuis la création de la région Grand Est, je trouve qu’il y a une vraie vision du sport professionnel dans la région. En 2017, Chaumont était champion de France chez les garçons et Mulhouse chez les filles. C’est bon de voir le Grand Est au summum du volley national.

Par Leslie Mucret
Crédit photo : Andre Ferreira / Icon Sport
PAS ENCORE DE COMMENTAIRE...

PUBLIER UN COMMENTAIRE