Voile : Déjà un succès pour la nouvelle transat Cap-Martinique

La première édition de La Cap-Martinique, course transatlantique qui partira de La Trinité-sur-Mer le 18 avril, a atteint le nombre de 55 bateaux inscrits.

 
La Cap-Martinique est une nouvelle course transatlantique qui partira de La Trinité-sur-Mer, dans le Morbihan, le 18 avril en direction de Fort-de-France en Martinique. La Cap-Martinique souhaite répondre à l’engouement des passionnés pour les grandes chevauchées entre la Bretagne et la Martinique, à l’image de la mythique Route du Rhum. Thibaut Derville et Jean-Philippe Cau, régatiers et membres actifs de l’Union nationale pour la course au large, sont en charge de l’organisation. « À Pâques 2019, plusieurs équipages nous ont demandé de leur organiser une course », raconte Thibaut Derville. « Ce fut un “chiche” entre nous deux, le début d’une nouvelle belle histoire ! Nous rêvions d’un petit truc et c’est en train de devenir un joli succès ! Mais les fondamentaux sont toujours là : 9 à 12 mètres pour les bateaux, solo ou duo, défendant une cause sociétale ou environnementale, avec un parcours très simple : La Trinité-sur-Mer, berceau de la course au large, et Fort-de-France, capitale d’un plan d’eau exceptionnel de l’arc antillais. »

 

 

L’épreuve sans escale, ouverte aux amateurs, a déjà fait le plein d’inscrits avec 55 bateaux de la jauge IRC, 25 solitaires et 30 duos, qui prendront le départ. « Après la saison 2020 marquée par la crise sanitaire, nous souhaitons faire preuve de résilience et nous projeter dans un futur où nous pourrons retrouver la liberté d’aller sur l’eau et de nous y confronter. La Cap-Martinique s’inscrit dans cet état d’esprit. Enfin, dans le sillage des 55 bateaux et du Comité Martiniquais du Tourisme, plus de 10 partenaires ont embarqué sur la course », se réjouit Jean-Philippe Cau. Particularité de cette course, chaque bateau fera la promotion d’une cause et d’une association caritative comme la défense des océans, l’environnement ou l’enfance.

Leslie Mucret
PAS ENCORE DE COMMENTAIRE...

PUBLIER UN COMMENTAIRE