09/19/2020

Le savoir-faire de l’ENVSN reconnu

Le travail de l’École nationale de la voile et des sports nautiques dans la formation des cadres et l’accueil des sportifs de haut niveau a été distingué par le label Grand INSEP niveau bronze. Une récompense que le nouveau directeur veut consolider avant de viser l’argent.

 
En 50 ans, l’École nationale de la voile et des sports nautiques (ENVSN) s’est imposée comme un acteur incontournable du développement de la voile et du nautisme en France. Historiquement, l’établissement national, situé à Saint-Pierre Quiberon dans le Morbihan et sous la tutelle du ministère des Sports, formait l’encadrement, les moniteurs et les entraîneurs. Petit à petit, l’école s’est ouverte aux sportifs de haut niveau, notamment en les accueillant pour des stages, dans un lieu qui comprend des espaces d’hébergement, de restauration, de musculation et de récupération. En début d’année 2020, l’ENVSN a été distinguée par le Label grand INSEP niveau bronze. « Le label montre que notre travail est évalué à sa juste mesure », souligne Jean-Jacques Dubois, responsable du haut niveau. « Cette récompense prouve que notre établissement est reconnu et conforte le choix de la Fédération française de voile de positionner l’équipe relève chez nous. »

 

En avance sur la gestion des données

Pour obtenir ce label, l’ENVSN a fait valoir ses atouts. « L’un de nos points forts est notre laboratoire de mesure », souligne Alex Cornu, nouveau directeur de l’établissement. « Nous sommes en avance sur la gestion des données et nous nous attachons à être le fer de lance qui permettra à l’équipe de France de voile et l’équipe relève d’aller plus vite. » Pour Jean-Jacques Dubois, la démarche pour obtenir le label Grand Insep a aussi été importante. « Nous avons réinterrogé les différents services pour savoir si nous étions en mesure d’accueillir les équipes nationales comme il se doit. Cela nous a permis de trouver nos faiblesses et de réfléchir aux moyens de les combler », relate-t-il. « Nous avons constaté qu’il n’y avait pas eu de propositions vers les sportifs depuis 10 ans, cela nous a permis de mettre une équipe sur le sujet. Le versant médical est notre talon d’Achille. Nous avons plusieurs pistes pour y remédier comme se rapprocher du Centre médico sportif de Lorient et du centre de thalasso de Quiberon via des conventions. » L’ENVSN était l’un des derniers établissements à obtenir le label Grand INSEP lors de l’olympiade 2016-2020. Un nouveau dossier devrait être présenté à l’automne. « Obtenir ce label remet l’école dans un réseau qui contribue à l’excellence des équipes de France et dans une dynamique qui contribue au sport de haut niveau », insiste Alex Cornu. « Ma volonté en tant que nouveau directeur de conforter ce qui se fait de bien et de palier le médical. Nous voulons aussi continuer d’approfondir la relation entre formation et haut niveau. On a constaté qu’on était plus efficace quand on crée des passerelles. » L’ENVSN compte aussi affirmer son caractère national en accueillant un grand nombre d’apprentis de toute la France.

 

Un rôle à jouer lors des JO 2024

Avec cette récompense, l’École nationale de la voile et des sports nautiques montre qu’elle « peut être une base arrière de l’équipe de France et un tremplin pour l’équipe relève », souligne Jean-Jacques Dubois. Le plan d’eau du Roucas Blanc de Marseille a été choisi pour accueillir les épreuves olympiques de voile lors des JO 2024, mais cela n’empêchera pas l’école bretonne de faire partie de l’aventure. « Plus on va se rapprocher de l’échéance des Jeux olympiques et plus les équipes de France vont se diriger de Marseille. Une partie de l’école les accompagnera pour amener les ressources sur place », indique Alex Cornu. Des équipes étrangères, en particulier non européennes, pourraient même débarquer du côté de Quiberon pour s’acclimater avant le début de la compétition. Cependant, les conditions d’accueil seront différentes. « Pour les membres de l’équipe de France, on sort l’artillerie lourde avec notre laboratoire. Pour les équipes étrangères, nous proposerons l’hébergement et de la mise à l’eau », annonce le directeur.

Leslie Mucret
Crédit photo : Antoine Dujoncquoy / ENVSN
PAS ENCORE DE COMMENTAIRE...

PUBLIER UN COMMENTAIRE