Le Grand Prix de Pau, une compétition exceptionnelle

Tous les ans, en mai, toute la ville de Pau vit à l’heure de l’automobile, à l’occasion du « Grand Prix de Pau ». Une compétition exceptionnelle. Le circuit de Pau est en effet le seul circuit urbain subsistant dans l’Hexagone. Aujourd’hui dédoublé, pour associer un Grand Prix « moderne » et l’autre « historique », il attire des milliers de passionnés venus du monde entier.

 

La longue histoire qui lie Pau à l’automobile débute à la fin du XIXe siècle. À l’époque, la capitale du Béarn est une ville mondaine et attire les riches touristes. C’est aussi l’un des rares endroits où l’on peut admirer des automobiles. Alors en 1898, le jockey américain William Knapp Thorn et le Comte Georges Nitot (membre de l’Automobile Club de France), tous deux installés à Pau, décident de créer le tout premier Automobile-Club Béarnais. Dès l’année suivante, l’ACB organise sa première course : un aller-retour Pau-Bayonne-Pau. Le vainqueur fera tout le trajet, au volant de sa Peugeot 10 cv, à l’époustouflante vitesse moyenne de 52 kilomètres à l’heure !

Inspiré du Grand Prix de Monaco

Devant le succès de cette première compétition, de nouvelles courses sont organisées au fil des années entre Pau, Tarbes, les Landes et la côte basque. Mais en 1933, un tracé est imaginé au cœur même du centre-ville, inspiré par le circuit du Grand Prix de Monaco né dix ans plus tôt. Les bases du « Grand Prix de Pau » sont posées ! Il sera organisé chaque année – avec une interruption lors de la 2e guerre mondiale bien sûr – et verra au fil des années s’affronter les plus grands noms du sport automobile, pour le plus grand plaisir des passionnés : Nino Farina, Juan Manuel Fangio, Ascari, Hill père et fils, Jackie Stewart, Jim Clark, Jacques Laffitte, Alain Prost, Jean Alési, Pedro Lamy, Juan Pablo Montoya…

La passion de l’automobile sous toutes ses formes

Ce circuit urbain, considéré comme particulièrement complexe même par les meilleurs pilotes, séduit en effet très vite. Et si son attrait ne faiblit pas, la compétition connaîtra de nombreux rebondissements. Elle sera une course de Formule 1, puis de Formule 2, de Formule 3000, de Formule 3, puis une épreuve du Championnat du monde des voitures de tourisme (WTCC)… Depuis 2011, la Formule 3 est revenue et le Grand Prix de Pau était une épreuve incontournable du Championnat d’Europe, au même titre que les Masters de Zandvoort (Hollande) et le Grand Prix de Macao (Chine). Mais son maintien n’est pas assuré en 2019… Qu’importe, il reste de quoi séduire les passionnés. Car désormais, plusieurs courses se déroulent dans la capitale béarnaise. D’abord, parce que depuis 2001, la ville organise le Grand Prix Historique, dédié aux Formules 1 d’époque : Alfa Roméo, Ford et autres Bugatti transforment Pau en musée à ciel ouvert ! Le Grand Prix « moderne », lui, accueille aussi une course du championnat de France de F4, le GT4 European Series, la Clio Cup, la Twin Cup… La capitale béarnaise a même fait rouler les premières Formule 1 électriques en 2015.

Retour sur 2018… et cap sur 2019

En 2018, le Grand Prix de Pau s’est déroulé entre le 10 et le 21 mai : 2 week-ends d’animations avec parades, expositions, démonstrations, entre le Grand Prix « Moderne » puis le Grand Prix « Historique ». Mais il a aussi su innover, encore une fois, en organisant pour la première fois en France une impressionnante démonstration de Drift sur un circuit en ville ! Si vous avez raté l’édition 2018, pensez à réserver dès à présent ! La prochaine édition se déroulera les week-ends du vendredi 17 au dimanche 19 mai 2019 pour le Grand Prix moderne, et du 24 au 16 mai pour le Grand Prix Historique. Et entre les deux, restez sur place pour découvrir la capitale béarnaise !

Par Laurence Thery
Crédit photo : Xpb / Icon Sport
PAS ENCORE DE COMMENTAIRE...

PUBLIER UN COMMENTAIRE