Grande première pour les Jeux des Jeunes

Le CNOSF, en association avec l’UNSS et l’Ugsel, a décidé d’organiser la 1ère édition des Jeux des Jeunes. Programme de sensibilisation à la pratique du sport qui s’adresse aux élèves de 5ème et de 4ème, ces Jeux s’inscrivent pleinement dans le volet Héritage de Paris 2024. Le 31 mars dernier, la première édition des Jeux […]
Le CNOSF, en association avec l’UNSS et l’Ugsel, a décidé d'organiser la 1ère édition des Jeux des Jeunes. Programme de sensibilisation à la pratique du sport qui s’adresse aux élèves de 5ème et de 4ème, ces Jeux s'inscrivent pleinement dans le volet Héritage de Paris 2024.
Le 31 mars dernier, la première édition des Jeux des Jeunes a été lancée... avant, le lendemain, l'annonce de nouvelles mesures restrictives par le président de la République. La crise sanitaire impacte donc logiquement la première édition de ce programme de sensibilisation, mis en place par le CNOSF, en association avec l'UNSS et l'Ugsel. Du côté des établissements, l'optimisme demeure de mise.« Nous allons essayer de mettre en place le contenu de ces Jeux des Jeunes lors des cours d'EPS. Ce défi-là pourrait faire un bon point d'accroche pour terminer l'année scolaire et aller jusqu'aux vacances d'été »,explique Sandrine Mayet, professeure d'EPS au sein du Collège Anita Conti de Lorient. Concernant le contenu, justement, ces Jeux des Jeunes se tiennent d'abord sur une étape locale, au sein des établissements scolaires, depuis le 30 mars et jusqu'au 23 juin. Une étape 100% digitale qui a pour support l'application Tous en forme. Les collégiens de 5e et 4e qui participent à ce dispositif réalisent plusieurs tests avec l’équipe pédagogique de leur établissement afin de mesurer leur condition physique. Différents tests sont ainsi proposés, permettant d'évaluer la force, l'équilibre, la souplesse, l'endurance ou encore l'adaptation à l'effort. Des questionnaires sur le niveau d'activité physique et sur la nutrition et le comportement alimentaire sont également proposés.« Cela va se faire de façon ludique, il n'y aura pas lieu de comparer les élèves. Ce sera plutôt une auto-évaluation pour savoir où ils se situent. L'application Tous en forme va nous aider »,se réjouit Sandrine Mayet.« Cela permet aussi de mobiliser une grande partie du collège puisque tout ce dispositif va se faire en lien avec ma collègue professeure de SVT. Elle va notamment pouvoir expliquer aux élèves ce qu'il se passe dans notre corps durant un effort. L'infirmière de l'établissement est également dans la boucle de ce projet. »
Pour lire la suite :
PAS ENCORE DE COMMENTAIRE...

Désolé, vous ne pouvez pas laisser de commentaire sur cet article.

PUBLIER UN COMMENTAIRE