Le XV de France fait sa révolution

Sous la houlette de son sélectionneur Fabien Galthié, le XV de France aborde une nouvelle ère. Avec la Coupe du monde 2023 à domicile en ligne de mire, les Bleus veulent remporter des matches et monter en puissance. Première réponse dès le Tournoi des VI Nations 2020.

 

Le renouvellement était attendu, il est au rendez-vous. Le XV de France aborde le Tournoi des VI Nations 2020 fort d’une liste de 42 joueurs, concoctée par Fabien Galthié, le sélectionneur, et Raphaël Ibañez, le manager général. Deux hommes qui ont procédé à un grand chambardement. Exit les retraités annoncés que sont Guilhem Guirado, Sébastien Vahaamahina, Louis Picamoles et Wesley Fofana, mais aussi de nombreux trentenaires comme Sofiane Guitoune, Maxime Médard, Sébastien Bézy, Yoann Huget, Rabah Slimani, Alivereti Raka, Camille Lopez, Maxime Machenaud ou encore Wenceslas Lauret. Des 31 joueurs de la dernière Coupe du monde, seuls 15 font partie de la liste pour le Tournoi. Avec un seul trentenaire au rendez-vous : le deuxième ligne Bernard Le Roux. « Nous n’avons pas fait de jeunisme. Nous avons fait un travail sur les potentiels et les forces en présence, en respectant les équilibres », tempère Fabien Galthié. « On sait ce qui nous attend avec l’Angleterre. Il nous semble que nos choix sont équilibrés. En gros, la moyenne d’âge est autour de 24 ans et moins de dix sélections en moyenne. Il y a une forme de continuité avec les 15 joueurs présents à la Coupe du monde et il y a le renouvellement naturel avec des joueurs qui montent en puissance. Notre sélection est le produit de notre étude depuis deux mois. On est parti sur une liste de 75, mais on ne s’est pas limité, on a élargi, on ne s’est rien interdit. » Résultat : sur les 42 joueurs retenus, 19 n’ont jamais évolué avec le XV de France.

 

 

18 novices sur 42 joueurs

 

Une révolution symbolisée par les (nombreux) petits nouveaux que sont Jean-Baptiste Gros, Mohamed Haouas, Killian Geraci, Boris Palu, Cyril Cazeaux, Selevasio Tolofua, Dylan Cretin, Cameron Woki, Alexandre Fischer, Maxime Lucu, Louis Carbonel, Julien Hériteau, Arthur Vincent, Gervais Cordin, Lester Etien, Gabriel N’Gandebe, Kylan Hamdaoui et Anthony Bouthier. Plusieurs ont su montrer leurs capacités lors des week-ends de Top 14 et sont donc récompensés par ce premier appel d’une nouvelle ère. Mais Fabien Galthié l’assure : « Personne ne s’est éliminé. Sébastien Vahaamahina a décidé de lui-même de ne pas être candidat. D’autres ont annoncé leur retraite. Mais en dehors de ceux-là, aucun joueur n’a dit qu’il ne voulait pas venir. Ce qui est sûr, c’est qu’il n’y a pas d’âge pivot. On a par exemple eu Maxime Médard au téléphone. Nous avons pris des plus jeunes, c’est vrai, mais s’il n’a pas été pris, ce n’est pas à cause de son âge. Il n’y a pas d’âge éliminatoire. » En attendant le potentiel retour de vieux briscards à l’avenir, cette meute de jeunes loups sera guidée par Charles Ollivon, désigné capitaine du XV de France. Le Toulonnais assure ainsi la succession de Guilhem Guirado. « Pendant deux mois, nous nous sommes intéressés aux différents leaders. Charles Ollivon s’est dégagé naturellement en raison de son parcours », confie Fabien Galthié. « C’est un joueur brillant de Bayonne d’abord, puis de Toulon et de l’équipe de France. Il a été touché par des pépins physiques, on est tous passés par ces moments-là. Il a réussi, avec l’aide des médecins, à revenir très fort. Son retour au premier plan, notamment à la Coupe du monde où il était réserviste, puis titulaire, a été impressionnant. Tout cela a démontré qu’il avait le potentiel pour assumer cette charge. »

 

 

Jeu concours > Gagnez votre crédit logement de 150€ au ski chez Sportihome !

 

 

90 joueurs évalués en vue de 2023

 

Cette liste, la première de l’ère Fabien Galthié et du long chemin menant vers la Coupe du monde 2023, a été minutieusement préparée par le sélectionneur et l’ensemble de son staff. « Nous avons organisé des rendez-vous sur une demi-heure. Nous avons vu passer 90 joueurs, soit environ 45 heures d’entretiens. Nous nous sommes déplacés dans les clubs, en proposant aux managers d’être présents lors de ces entretiens. Notre volonté était d’être totalement transparents », confie Fabien Galthié. « Nous ne voulions surtout pas que les joueurs apprennent leur sélection à la radio, par un site internet ou les agents. On veut qu’ils soient en mesure de se projeter et d’anticiper les semaines à venir. Nous leur avons par exemple fait parvenir un questionnaire avec cinq questions puissantes, pour qu’il pense déjà aux entraînements, aux plans de jeu, aux rendez-vous à venir. On veut qu’ils soient le moins surpris possible. Pour leur dire que ce n’est pas une sélection qui tombe du ciel, qu’ils ont prouvé quelque chose s’ils sont appelés. On veut leur donner envie de partager cette mission, à savoir redevenir une grande équipe du rugby mondial. » Une mission « renaissance » qui débute dès ce Tournoi des VI Nations, lors duquel le XV de France va recevoir l’Angleterre puis l’Italie, avant de se rendre au Pays de Galles, en Écosse, et de terminer par la réception de l’Irlande. Trois réceptions, deux déplacements, et un objectif clair : « trouver des repères, engranger de la confiance et gagner des matches. »

 

 

Un jeu porté vers l’avant

 

Pour cela, le XV de France portera la patte de Fabien Galthié. « Un jeu offensif et direct, rapide et porté vers l’avant », précise le sélectionneur. Un jeu déjà entrevu par séquences lors de la Coupe du monde au Japon et sur lequel les entraînements ont porté en marge du début du Tournoi des VI Nations et durant l’ensemble de la compétition. « Ce sont des séquences qu’on retrouvera en match, qu’on pourra reproduire. L’entraînement doit permettre de nous formater, nous préparer au match. Et peut-être qu’on apprendra, au fil du temps, à gérer toutes ces deuxièmes mi-temps qui nous ont échappé au Japon », espère Fabien Galthié. « Le Tournoi va durer huit semaines. Durant cette période, les joueurs vont vivre, dormir et s’entraîner au même endroit. Nous avons aussi envie de travailler, d’améliorer cette façon de vivre ensemble au quotidien. » Créer une notion de groupe est ainsi tout aussi important que de développer un jeu attrayant et efficace aux yeux du sélectionneur. Nommé jusqu’en 2023, Fabien Galthié sera le grand artisan qui façonnera le XV de France évoluant à domicile lors du Mondial dans trois ans. « On a une vision à court terme avec le Tournoi et la tournée en Argentine cet été, mais sans oublier 2023 avec la Coupe du monde. C’est évidemment l’objectif à long terme que nous ne devons pas perdre de vue. Il a donc fallu trouver un équilibre. On a fait bouger toutes les semaines cette liste de 42 joueurs. » Jusqu’à obtenir cette fameuse liste qui aborde le Tournoi des VI Nations avec envie et ambition. « Les joueurs devront prendre conscience du lien sacré de la sélection. Nous entendons qu’ils se responsabilisent dès ce Tournoi des VI Nations. » Le message est lancé.

 

 

Le calendrier du XV de France

 

  • 2 février à 16h00 : France / Angleterre
  • 9 février à 16h00 : France / Italie
  • 22 février à 17h45 : Pays de Galles / France
  • 8 mars à 16h00 : Écosse / France
  • 14 mars à 21h00 : France / Irlande

 

Par Olivier Navarranne
Crédit photo : Icon Sport
PAS ENCORE DE COMMENTAIRE...

PUBLIER UN COMMENTAIRE