Les dossiers du CROS Nouvelle-Aquitaine

Le CROS Nouvelle-Aquitaine, actif depuis mars dernier, s’est lancé dans son plan « Sport et territoire », en commençant par la thématique « Sport santé », tout en essayant de conserver la proximité avec les acteurs d’un territoire particulièrement étendu.

 

Suite à la réforme territoriale, de nombreux CROS ont fusionné afin de couvrir le même périmètre que leur nouvelle grande région. Depuis le 10 mars 2018, après un trimestre de transition, la structure en Nouvelle-Aquitaine réunit trois entités, les ex CROS Aquitaine, le Limousin et le Poitou-Charentes. Le nouveau comité directeur, composé de 28 personnes dont 15 élus, suit désormais près de 1,4 million de licenciés, 18 000 clubs, 100 ligues et comités sportifs régionaux et 290 000 bénévoles dans leur vie sportive. « L’objectif est le même : accompagner les ligues et comités, et fédérer à travers les valeurs olympiques », résume Philippe Saïd, premier président de ce CROS Nouvelle-Aquitaine.

Garder la proximité

La Nouvelle-Aquitaine est la région la plus étendue de France. « Il faut s’adapter à ce large territoire en gardant la proximité, grâce à de nouveaux outils et des méthodes de mutualisation », indique Philippe Saïd. « Développer le système de visio-conférence ou encore acheter des véhicules, puis les mettre à disposition pour des prix avantageux sont des moyens de conserver un lien avec les ligues et les comités. Nous voulons aussi favoriser la proximité au moment des formations des bénévoles et des permanents, et éviter, par exemple, qu’un représentant d’une entité dans la Creuse ne doive se rendre à Bordeaux. »

Accompagner le sport sur ordonnance

Le CROS Nouvelle-Aquitaine s’appuiera sur les douze CDOS pour établir un projet commun en faveur du développement du mouvement sportif dans le cadre du plan « Sport et territoire », formalisé avec le CNOSF. Le « Sport santé » est l’un des gros dossiers dont s’est emparé la structure, comme l’explique le président : « Nous souhaitons labelliser les associations sportives et accompagner les bénévoles, en partenariat avec l’État et l’Agence régionale de santé, afin de favoriser l’accueil des personnes qui viennent pratiquer sur ordonnance. Il faut mettre en place des formations pour que les éducateurs aient les compétences spécifiques. » L’élaboration de class room, afin de mettre des outils de développement à la disposition des petites ligues ainsi que la création d’un groupement d’employeurs, sont des projets bien avancés par le CROS Nouvelle-Aquitaine.

Élaborer des stratégies

Les thématiques « Sport et politiques publiques », « Sport, éducation, citoyenneté », « Sport et professionnalisation », comprises dans le plan « Sport et territoire », ont été abordées par les techniciens du CROS et des CDOS en réunion fin novembre. Le résultat de ces travaux sera présenté le jeudi 20 décembre prochain.

Laisser un héritage olympique

L’organisation de Jeux olympiques 2024 à Paris mobilise les CROS, et la structure de Nouvelle-Aquitaine ne fait pas exception. Des jeux scolaires sont organisés tous les ans à Poitiers et Bordeaux, et bientôt Limoges. « Nous regroupons les jeunes autour d’ateliers sportifs et thématiques autour des valeurs olympiques », explique Philippe Saïd. « L’objectif est de leur transmettre la culture olympique pour laisser un héritage. » Le CROS travaille d’ailleurs avec l’éducation nationale pour labelliser des collèges « Génération 2024 ».

Par Leslie Mucret
Crédit photo : CROS Nouvelle-Aquitaine
PAS ENCORE DE COMMENTAIRE...

PUBLIER UN COMMENTAIRE