La Région Grand Est en soutien au sport de haut niveau

Depuis deux ans, la Région Grand Est œuvre pour construire une politique sportive identique sur l’ensemble de ce nouveau territoire. Premier axe stratégique : l’accompagnement des sportifs et des clubs de haut niveau.

 

Fusionner trois régions administratives (Alsace, Lorraine, Champagne-Ardenne) en une a impliqué de profonds changements dans l’organisation du sport au niveau du territoire, dans la mesure où chacune des ligues ont, elles aussi, dû fusionner et ainsi créer une seule et même instance sportive régionale. À partir de là, l’objectif paraissait clair : faire en sorte que tous les sportifs soient traités de la même manière dans tout le Grand Est. La mission s’annonçait longue et chronophage.

Un travail de concertation

Depuis 2016, le travail abattu par Thierry Hory, président de la Commission Sport de la Région Grand Est, Jean-Paul Omeyer, vice-président du Conseil régional en charge des Sports, et leurs équipes a été considérable. « Il fallait avancer de la façon la plus objective possible. C’est un travail de concertation. Il y a plus de soixante-dix ligues dans la région. Nous les avons toutes auditionnées pour connaître leur projet. Elles sont venues exposer leur plan de développement pour les quatre années à venir. Ça a été l’occasion de nous expliquer leurs contraintes, et la manière dont elles souhaitaient valoriser leur territoire. Cet audit nous a permis de déterminer les financements qui leurs seraient octroyés », explique Thierry Hory. Et de poursuivre : « Le sport étant une compétence partagée (département, commune, métropole…), nous ne pouvions pas nous concentrer sur tous les aspects de ce dernier. Nous avons donc décidé de viser certains points stratégiques et nous nous sommes orientés vers le sport de haut niveau. »

Une enveloppe de 9,8 millions d’euros pour le haut niveau

Pour soutenir le sport professionnel et de haut niveau, une enveloppe de 9,8 millions d’euros est déjà à l’étude pour l’ensemble du Grand Est au titre du budget 2019. Cette somme contribuera à l’accompagnement des clubs évoluant à un niveau national minimum et de nombreux sportifs de haut niveau. « Nous aidons les nombreux clubs de haut niveau bien-sûr, à hauteur de 8,9 millions d’euros, mais nous soutenons également l’initiative individuelle. Certains sont médaillés d’or des Jeux olympiques au Brésil et pourtant peu médiatiques, comme Pierre Houin en aviron par exemple, ou encore Nicolas Peiffer, tennisman Handisport. Nous bénéficions d’une enveloppe de 900 000 € qui va leur permettre de progresser dans leur pratique sportive mais aussi dans leur vie personnelle avec, par exemple, un accompagnement personnalisé dans leurs projets de formation/reconversion », explique le président de la Commission Sport du Conseil régional.

Un énorme travail du service des Sports

Et lorsque nous le questionnons sur les forces de la région Grand Est en matière de sport, Thierry Hory ne cache pas son admiration et sa reconnaissance pour les différents acteurs qui œuvrent au quotidien « Je constate que le sport est un monde de personnes qui veulent réussir et faire avancer leur territoire. Dans cette réorganisation régionale, puis dans cet accompagnement du sport de haut niveau, il y a eu un énorme travail du service des sports de la Région au contact direct des acteurs de terrain. Les membres des différents anciens services ne se connaissaient pas mais ils ont très bien su faire équipe. Pour finir, je dirai que le fait d’avoir Jean-Paul Omeyer comme vice-président en charge des Sports est un véritable atout. Par sa profession, par lui-même, par ses enfants, il connaît et maîtrise tous les aspects du sport. Cela nous a énormément aidé et nous projette vers de nouvelles perspectives ambitieuses », conclut le président de la Commission Sport du Grand-Est.

Par Laurence Thery
Crédit photo : DR
PAS ENCORE DE COMMENTAIRE...

PUBLIER UN COMMENTAIRE