Théo Bussière : « J’ai passé un gros cap »

Lors du dernier championnat de France de natation, Théo Bussière est devenu le meilleur performeur français de l’histoire du 100m brasse, hors combinaisons. Entretien avec le licencié au Cercle des Nageurs de Marseille.

 

Vous êtes descendu sous la barrière de la minute (59”46). Que représente cette performance pour vous ?

C’est quelque chose d’énorme ! Depuis que je suis arrivé à Marseille en 2012, j’avais cette volonté de descendre sous la minute. Après les JO de Rio, j’ai commencé à me dire que c’était vraiment réalisable. Aujourd’hui, je sais que j’ai passé un gros cap.

Vous êtes qualifié pour les Championnats d’Europe de Glasgow qui auront lieu du 3 au 9 août prochain. Quels seront vos objectifs lors de cette compétition ?

Il faut que je surfe sur cette lancée. Si j’arrive à faire des temps similaires à ceux des championnats de France, cela sera sûrement synonyme de bonnes places. Déjà, il faudra que je me qualifie en demi-finale pour la première fois de ma carrière. Si c’est le cas, je penserais à la finale.

Songez-vous déjà aux Jeux olympiques de Tokyo ?

J’y pense depuis la fin des Jeux de Rio, même si cela n’est pas obsessionnel. Ma qualification pour ceux-ci était une vraie surprise. Si je dois à nouveau participer aux JO, il faudra que je sois compétitif.

Quels souvenirs gardez-vous de votre aventure à Rio ?

C’était gigantesque ! J’avais l’impression de vivre une sorte de parenthèse dans ma réalité. Sportivement, cela n’a pas été à la hauteur de mes attentes. Mais d’un point de vue extra-sportif, c’était vraiment grandiose. Il faut le vivre pour comprendre.

Vous arborez le sigle du Cercle des Nageurs de Marseille sur votre poitrine lorsque vous nagez. Ce club est une sorte de seconde famille pour vous ?

J’ai quitté ma famille à Lyon pour venir dans ce club en 2012. Il y règne un véritable esprit de famille, les gens sont bienveillants. Tout est fait pour qu’on réussisse.

Propos recueillis par Arnaud Lapointe
Crédit photo : Icon Sport
PAS ENCORE DE COMMENTAIRE...

PUBLIER UN COMMENTAIRE