SPORTMAG.fr

Mondiaux en salle 2018 : Aurel Manga en bronze

KMSP / FFA

Grippé depuis une semaine, Aurel Manga s’est arraché pour aller chercher la première médaille de sa carrière chez les seniors. En 7’’54, il monte sur la troisième marche du podium du 60 m haies derrière Andrew Pozzi (7’’46) et Jarret Eaton (7’’47). Pascal Martinot-Lagarde se classe cinquième en 7’’68.

 

En voyant la photo-finish s’afficher dans le stade, Aurel Manga distingue les deux premières silhouettes en tête. Celles du Britannique Andrew Pozzi (7’’46) et de l’Américain Jarret Eaton (7’’47), nettement détachées. Mais pas celle du troisième. Lorsque son nom apparaît enfin en troisième position sur le panneau lumineux, il pousse un long cri de joie. « Ma première pensée a été pour tout le travail mis en place à l’entraînement avec Giscard (Samba, son entraîneur). Puis je me suis rappelé de la semaine que je venais de passer, seul et malade dans ma chambre ». Étonnant grand écart, en effet, entre le hurdler du CA Montreuil grippé jeudi, et celui de ce dimanche, si conquérant sur la piste.

En début d’après-midi, il avait déjà donné un avant-goût de sa forme actuelle. Auteur d’un bon départ, il était revenu à hauteur de l’Américain Jarret Eaton puis l’avait doublé en réalisant une course très solide, pour l’emporter en 7’’55. Lors des grandes explications sur les haies, la victoire revient souvent à celui qui fait le moins de fautes. Le Français a tapé le premier obstacle, mais n’a jamais rien lâché jusqu’à reprendre dans les derniers mètres le recordman du monde Aries Merritt.

> Pascal Martinot-Lagarde : « Revoir une piste d’athlétisme, mon petit kif »

Contrairement aux deux dernières éditions, il n’y a pas eu deux Tricolores sur le podium du 60 m haies. Pascal Martinot-Lagarde n’a pourtant pas démérité. Médaillé chaque hiver depuis les Mondiaux 2012, le hurdler de l’ES Montgeron avait montré en demi-finales qu’il était à nouveau candidat au top 3, en réalisant la meilleure performance française de la saison en 7 »52. Mais une grosse faute lui a coûté cher en finale. « J’éclate la deuxième haie. Je partais pour l’or donc je reste sur ma faim ». Il termine à la cinquième place en 7 »68. Son retour express au premier plan, après une blessure à l’ischio-jambier en janvier, montre cependant qu’il n’a rien perdu de son talent.

La rédaction

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *