Du sport, du loisir et de l’olympisme au Parc D’Olhain

Le Parc D’Olhain est une base de loisirs du Pas-de-Calais habituée à recevoir des équipes sportives et des événements de haut niveau. Ses infrastructures et son savoir-faire ont convaincu Paris 2024 qui l’a désigné Centre de préparation aux Jeux.

 

Le Parc D’Olhain est bien connu des habitants du Pas-de-Calais, entre lieu de loisirs pour les familles et espaces de séminaires pour les entreprises, et même au-delà du département avec 700 000 visiteurs en 2019. « Depuis sa création en 1972, les infrastructures ont connu différentes rénovations et accueillent aujourd’hui des équipes sportives de la région Haut-de-France et même le RC Lens », souligne Bernard Cailliau, président du Parc départemental d’Olhain. Depuis début octobre, la base de loisirs, située à une demi-heure de route de Lens, a pris une dimension olympique en faisant partie des Centres de préparation aux Jeux pour accueillir des sportifs en préparation en vue des JOP 2024 de Paris. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que l’olympisme s’invite dans cette base de loisirs, déjà utilisée comme base arrière pour les Jeux de Londres en 2012.

 

Boxe, handball et cyclisme

Déjà détenteur du label Terre de Jeux 2024, le Département du Pas-de-Calais, qui partage le développement de l’établissement public depuis 2011, a soumis la candidature du Parc d’Olhain pour le handball, la boxe ainsi que pour le cyclisme sur route olympique et paralympique. Les trois disciplines ont été retenues par Paris 2024. « Nous disposons d’une grande salle de sport aux normes internationales où l’on peut organiser des rencontres de boxe sur deux ou trois rings », décrit Bernard Cailliau. Cette salle polyvalente se prêtent également aux entraînements et aux matchs de handball. D’ailleurs, la Ligue des Hauts-de-France qui y organise régulièrement des stages. Le site est également bien connu du monde du cyclisme. La Boucle de l’Artois, ainsi que les 4 jours de Dunkerque passent par le Parc d’Olhain « situé sur les collines de l’Artois, un espace très vallonné », précise le président. L’année dernière, l’équipe de France de cyclisme U23 avait effectué sa préparation avant la Coupe du monde dans ces collines.

 

Avant et pendant les JOP

Les capacités d’acceuil du Parc d’Olhain ont été mises en avant dans le dossier de candidature. « Nous avons développé une capacité d’accueil de 96 lits, entre l’hébergement collectif et les chambres d’hôtel », précise Bernard Cailliau. « De plus, le grand restaurant sert jusqu’à 300 repas par jour. » La présence d’un centre hospitalier et d’une clinique dans un rayon de 10 km fait également partie des atouts. Le Conseil départemental du Pas-de-Calais et le Parc d’Olhain ont avancé des arguments dans d’autres domaines, ceux des loisirs et de la culture : « Nous sommes en partenariat avec le musée du Louvre-Lens, à une vingtaine de kilomètres du Parc, et avec le Parc Astérix, qui se situe à moins de deux heures de route. » Ces partenariats vont bénéficier aux délégations étrangères qui viendront préparer les Jeux olympiques de Paris 2024 au Parc d’Olhain, mais également pour les tourismes qui seront en France pendant la compétition. Déjà pendant l’Euro de football 2016, les touristes anglais avaient investi le site et profité du camping et de toutes les activités de loisirs, dont le golf ou du grand parcours de filets suspendus dans les arbres. « Nous avons déjà développé une bonne image dans le tourisme avec les valeurs d’accueil qui sont les nôtres dans le Pas-de-Calais », se réjouit le président. D’ici le début des JOP de Paris 2024, tous les partenaires et acteurs de terrain seront mobilisés pour attirer les regards des Ligues et Fédérations internationales vers le Parc d’Olhain et le département du Pas-de-Calais.

Leslie Mucret
Crédit photo : Seb Jarry
PAS ENCORE DE COMMENTAIRE...

PUBLIER UN COMMENTAIRE