Billon : zoom sur une richesse du patrimoine culturel picard

Certaines régions de France sont réputées pour leur folklore et leurs nombreux sports traditionnels. La région Hauts-de-France est l’une d’entre-elles et le billon, l’un de ces jeux historiques qui contribue à la richesse de son patrimoine…

Il se joue dans les fêtes de villages, lors des fêtes nationales et de façon régulière devant la terrasse des cafés : le billon est en effet encore d’actualité dans certaines zones des Hauts-de-France. On le retrouve particulièrement dans l’Artois, dans le Cambrésis et dans le Douaisis. Le concept est simple : il s’agit d’un lancer de bâton, un bout de bois tourné ou taillé de 80 cm de long avec une partie plus fine (le billon) dans une haie de pâture ou près d’un poteau en terre. Il existe plusieurs règles qui varient avec des cibles différentes suivant la région dans laquelle il se pratique. L’objectif : figer le billon dans la haie ou au moins s’approcher au plus près du poteau de terre, comme à la pétanque.

Une première apparition à l’Âge de pierre

« Le billon ressemble à la massue de nos ancêtres à l’Âge de pierre. Les massues servaient alors à aller à la chasse, à se battre bien sûr mais aussi à jouer. Ainsi, nous pourrions remonter très loin avant de connaître les premières pratiques du billon. Aujourd’hui, on l’associe plutôt aux jeux pratiqués à la période de la Révolution française. Les constituants ayant, à l’époque, interdit tous les jeux à résonance guerrière, comme le tir à l’arc ou encore l’arbalète. La population s’est alors tournée vers le billon pour s’amuser », explique Dominique Lobjois, chercheur dans le domaine des jeux du patrimoine et auteur de l’ouvrage « Jeux traditionnels et populaires de Picardie et du Nord Pas-de-Calais ».

Un patrimoine culturel des Hauts-de-France

Le Nord est aujourd’hui un haut lieu de pratique des sports traditionnels français. « Les Hauts-de-France représentent une zone de jeux importante qui s’explique par la ruralité de la région. Elle est constituée de départements ruraux où règne une dynamique autour de la communauté villageoise. Les gens se retrouvent dans les cours des cafés ou lors des fêtes pour jouer. C’est un mode de coopération villageoise. Par ailleurs, le Nord était aussi connu, par le passé, pour ses grosses organisations patronales, notamment dans les domaines du textile ou du charbon. Les gens se retrouvaient pour jouer, ça faisait partie de la tradition populaire. C’est un patrimoine culturel que la région Hauts-de-France conserve toujours aujourd’hui. Le billon est loin d’être le seul jeu traditionnel. En Picardie, il en existe de nombreux autres comme celui de l’assiette, le javelot tire sur cible ou encore la choule qui font partie intégrante de la culture collective locale », conclut l’écrivain.

Une transmission aux nouvelles générations

Bien que la pratique des sports et jeux traditionnels ait tendance à diminuer voire disparaître dans l’hexagone au fur et à mesure des années, il semble que certaines régions, résistent encore à ce phénomène. Dans les Hauts-de-France, cette sauvegarde s’appuie sur l’existence d’associations qui maintiennent la pratique par habitude et la transmettent aux nouvelles générations. Charge à elles d’en faire de même dans les décennies à venir…

Par Thomas Guérard
Crédit photo : DR
PAS ENCORE DE COMMENTAIRE...

PUBLIER UN COMMENTAIRE