La course pédestre Sedan-Charleville souffle ses 100 bougies

Le 6 octobre, Sedan-Charleville, la plus ancienne course pédestre de ville à ville, connaîtra sa 100e édition. Retour sur cette épreuve qui s’est modernisée tout en gardant son identité.

 

23,6 km séparent les villes de Sedan et de Charleville-Mézières, dans les Ardennes. Ces 23,6 km vont être parcourus par plus de 9 000 coureurs le dimanche 6 octobre à 13 h. Et ça sera la 100e fois que des sportifs relieront à pied les deux principales communes du département de cette manière, faisant de Sedan-Charleville, la plus ancienne course pédestre de ville à ville de France.

 

Record de participation

 

Les origines de cette épreuve ne sont pas bien connues, ce serait le journal quotidien local l’Ardennais qui l’aurait instaurée. Ce dont on est sûr, c’est que la première édition a eu lieu en 1906. Et depuis, les coureurs traversent les nombreux villages qui jalonnent la départementale 764, longtemps principale route entre les deux villes avant qu’une autoroute ne les relie. « Il existe un vrai engouement des Ardennais », insiste Élie Chamoulaud, président de l’association Courir en Ardennes, organisatrice de l’événement. « C’est devenu une tradition, tous les ans des coureurs viennent terminer la saison des courses sur route avant d’entamer celle des cross. » Et pour la 100e, le 6 octobre prochain « ça va être de la folie ! », s’enthousiasme Élie Chamoulaud. « Près de 9 000 coureurs se sont inscrits. On a pulvérisé des records ! » À titre de comparaison, ils étaient 4 200 sur la ligne de départ en 2006 pour fêter le centenaire. L’engouement est également présent du côté des bénévoles qui seront environ 450.

Des nouveautés au fil des ans

 

Dans les 9 000 participants, il faut compter environ 1 000 femmes qui se sont inscrites aux Foulées roses, dont le départ sera donné depuis la grande surface Cora à Villers-Semeuse à 12 h 45. Cette course réduite à 6,6 km n’incite pas à battre des records, mais à sensibiliser au cancer du sein. Cette épreuve des Foulées roses n’est pas la seule nouveauté apparue dernièrement. « La distance de 23,6 km n’existe pas dans les courses », rappelle le président de Courir en Ardennes. « Depuis 2 ans, le temps du passage à Mohon, à 21,1 km, est compté comme pour un semi-marathon. C’est en quelque sorte deux courses en une. Nous avons obtenu le label national semi-marathon de la FFA et les résultats sont qualificatifs pour les Championnats de France. Cela apporte un plus à la course. »

La fête en musique

 

En 100 éditions, la ligne d’arrivée a changé plusieurs fois de lieu : le Cours Briand, le stade du Petit-Bois et depuis quatre éditions sur la place Ducale, emblématique de Charleville-Mézières. « C’était une demande de la municipalité et elle a mis les moyens », précise Élie Chamoulaud. Le départ n’a quant à lui jamais bougé, il sera une nouvelle fois donné depuis l’avenue Philippoteaux, artère où se trouve le stade Louis-Dugauguez. Afin de célébrer cette centième, différents points musicaux seront installés sur la route départementale et une caravane publicitaire des commerçants et entreprises locaux passera une heure avant les coureurs.

Leslie Mucret
Crédit photo : Courir en Ardennes
PAS ENCORE DE COMMENTAIRE...

PUBLIER UN COMMENTAIRE