Football : Montpellier partenaire de plusieurs clubs français

Les partenariats du Montpellier Hérault SC sont nombreux afin de maximiser leurs chances de recrutement. Samedi 26 octobre, les U12 de l’US Fontenay ont été accueillis par le MHSC dans le cadre du partenariat entre les 2 clubs, signé en 2018. Robert Nouzaret, responsable du recrutement au centre de formation, parle de l’intérêt de ceux-ci.

 

Pourquoi avez-vous cherché un partenariat en région parisienne ?
Le groupe Nicollin, propriétaire du club, crée différents partenariats avec des clubs de football. Il en a avec cinq clubs parisiens, pour leur qualité et celle des joueurs, c’est pourquoi nous en avons dans la région parisienne. Par rapport aux quatre autres clubs, l’US Fontenay est celui avec qui on a les meilleures relations et qui possède peut-être la meilleure structure.

 

En quoi consiste le partenariat avec l’US Fontenay ?
Il y a comme une obligation de les aider, regarder ce qui s’y passe. Cela permet aussi de recruter des joueurs du club grâce à des tournois organisés sur Montpellier, auxquels le club est invité, ou sur des journées de détections. Nous faisons aussi des tournois sur place, chez le club partenaire, mais c’est plus difficile car la concurrence peut y participer. L’US Fontenay peut aussi nous signaler un joueur ; dans ce cas, un observateur du club va le suivre durant trois ou quatre matchs. Si d’après lui le jeune vaut le coup, nous le faisons venir sur Montpellier pour lui faire passer des tests, le voir durant des entraînements et des matchs et nous décidons de le garder ou non.

 

Le contrat a été signé en 2018, qu’a-t-il apporté en un an ?
Surtout du relationnel. Pour l’instant, nous leur procurons la possibilité d’avoir les enfants de Fontenay dans une structure partenaire d’un club professionnel. Je pense que nous avons le devoir d’aider les clubs amateurs à travers des subventions, du matériel. C’est la moindre des choses.

 

Avez-vous des partenariats avec d’autres régions, d’autres départements ?
En dehors de la région parisienne, nous en avons en région Auvergne-Rhône-Alpes, en région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur et bien sûr en Occitanie. Nous recrutons davantage dans notre région et sur Montpellier, car on peut faire venir plus rapidement les joueurs et les démarches sont plus simples. Nous recrutons aussi à la Réunion et en Afrique.

 

Quel est l’intérêt pour le MHSC d’avoir autant de partenariats ?
C’est d’avoir une possibilité plus importante de recruter des jeunes joueurs. Le MHSC possède des observateurs dans différents endroits de France, mais il ne peut pas en avoir dans tous les clubs. Avec les clubs partenaires, on a un temps d’avance sur la concurrence, ils nous signalent les joueurs et nous envoyons un observateur. Nous souhaitons avoir les meilleures conditions de détections. On a eu plusieurs résultats. En dehors de la région Occitanie, c’est la région Sud Provence-Alpes-Côtes d’Azur qui nous fournit le plus de joueur. Nous n’avons été déçu qu’une seule fois sur le recrutement, donc cela fonctionne très bien.

 

Quel environnement offrez-vous aux joueurs recrutés ?
Le cadre de vie est idéal pour les jeunes ici. On a une organisation structurelle avec un centre de formation de qualité. Nous ne recrutons pas ces joueurs seulement pour gagner des championnats, nous cherchons à ce qu’ils travaillent dans les meilleures conditions possibles. Ainsi, ce sont les professeurs qui se déplacent et viennent faire école au centre de formation, nous avons un taux de 90% – 100% de réussite au baccalauréat. Ensuite, la plupart de nos cadres sont d’anciens joueurs du club, ils connaissent celui-ci et nous pouvons leur faire confiance. Au MHSC, dès qu’un enfant est bon, il a neuf chances sur dix de jouer en professionnel ici.

Par Jade Delattre-Buisset
Crédit photo : Jade Delattre-Buisset
PAS ENCORE DE COMMENTAIRE...

PUBLIER UN COMMENTAIRE