Jumping cinq étoiles à Bordeaux

Du 6 au 9 février, le Parc des Expositions de Bordeaux accueille le Jumping international de Bordeaux. Saut d’obstacles, mais aussi courses d’attelages, Indoor Derby ou encore Salon du Cheval : le rendez-vous girondin brille par son éclectisme.

 

2020 sera un grand cru à Bordeaux. Sur le plan viticole sans doute, mais aussi et surtout dans le domaine de l’équitation. Du 6 au 9 février, le Parc des Expositions de la capitale girondine accueille en effet une nouvelle édition du Jumping international de Bordeaux. Un événement né en 1973 et qui a su, au fil des décennies, s’imposer comme un rendez-vous incontournable. « Malgré l’historique et l’expérience que nous avons, organiser cet événement est un éternel renouvellement ! », sourit Sabine Zaegel, directrice du Jumping international de Bordeaux. « Nous tenons en effet à proposer un événement ludique et riche en temps forts. Le saut d’obstacles demeure la colonne vertébrale du Jumping international de Bordeaux. Nous sommes intégrés au circuit CSI 5*, Bordeaux étant l’avant-dernière étape du calendrier avant la grande finale du circuit Longines à Las Vegas. Cette montée en pression sportive, cette nécessité pour les meilleurs mondiaux de prendre des points nous assurent la présence des meilleurs représentants internationaux de la spécialité. » Du côté de Bordeaux, la lutte fera donc rage afin de se rapprocher du titre le plus prestigieux derrière ceux de champion olympique et de champion du monde. Steve Guerdat, actuel numéro un mondial, sera le grand favori. Pas moins de douze français seront également de la partie, eux qui seront forcément observés de près par Thierry Pomel, entraîneur national de saut d’obstacles, à l’approche des Jeux olympiques de Tokyo.

 

 

Le meilleur plateau possible

 

Parmi les tricolores présents, Kevin Staut vise la passe de trois, lui qui s’est déjà montré souverain à deux reprises en terre bordelaise. « C’est un concours que j’aime vraiment beaucoup, surtout au niveau de son atmosphère générale. Il y a une ambiance bien particulière. C’est difficile à décrire, le public de la région crée ce climat à la fois décontracté, sportif et un peu intimiste. C’est ce que je préfère sur ce concours », assure le cavalier français. « Au-delà de ça, le confort des chevaux est vraiment soigné. Ils sont au calme dans les écuries. Avec toute la partie compétition, bien sûr qu’il y a de l’euphorie et de l’excitation puisque c’est du sport de haut niveau, mais les chevaux peuvent vraiment se reposer et se concentrer en dehors des épreuves. C’est cette alchimie entre la magie du sport et le côté décontracté et confortable pour les chevaux comme pour les cavaliers que j’apprécie. » Un discours que l’on retrouve chez les autres cavaliers, le Jumping international de Bordeaux jouissant d’une très belle réputation. « C’est vrai, notre rendez-vous est très apprécié des cavaliers », confirme Sabine Zaegel. « Nous avons tout de même 47 éditions derrière nous, ce qui a permis d’ancrer cet événement dans la vie des gens et de gagner en dimension au fil des années. Nous avons un public de connaisseurs, ce qui permet également de nous assurer la fidélité des têtes d’affiche qui reviennent chaque année avec grand plaisir. Le Jumping international de Bordeaux est véritablement une réunion de la famille équestre. Les compétiteurs sont proches du public, nous mettons vraiment en avant les notions de simplicité, convivialité, partage et échanges. »

 

L’attelage également en vedette

 

Si le saut d’obstacles est la colonne vertébrale de l’événement, le corps du Jumping international de Bordeaux repose aussi sur un nombre conséquent d’événements et d’animations… à tel point qu’il n’y a pas de temps mort durant quatre jours ! « La compétition d’attelage promet d’être un temps fort cette année », assure Sabine Zaegel. « Bordeaux accueille en effet la finale du circuit Coupe du monde FEI Driving. C’est pour nous la garantie de recevoir les six meilleurs mondiaux de la discipline et donc de permettre au public de voir un plateau extrêmement compétitif concourir lors de cette compétition. » Le rendez-vous girondin propose également le Devoucoux Indoor Derby, un concours complet très spectaculaire, mais aussi un grand nombre de démonstrations qui émaillent les quatre jours de compétitions. Le 6 février, la soirée spectacle, avec la participation de la Garde Républicaine, promet d’enchanter le public girondin, puisque c’est la première fois que ce corps mythique se produit en ouverture du concours de saut d’obstacles. « Autre temps fort, le Grand Prix Land Rover, qui marque la conclusion de l’événement. Les meilleurs cavaliers du monde concourent en saut d’obstacles, c’est un véritable feu d’artifice pour les yeux et une manière de terminer en beauté cet événement de plusieurs jours. »

 

 

Salons et forum au rendez-vous

 

Pour la troisième année consécutive, le Jumping international de Bordeaux va également proposer un grand Salon du Cheval. « C’est quelque chose sur quoi nous travaillons depuis de nombreuses années, des exposants sont présents depuis 25 ans. Mais le Salon du Cheval, en tant que tel, va vivre sa troisième édition », confie la directrice de l’événement. « C’est devenu un temps fort, nous en sommes ravis, car ce rendez-vous s’est imposé en peu de temps. Le salon est centré sur la pratique de l’équitation de compétition, c’est un formidable écrin de 25 000 mètres carrés pour toutes les marques. » Un salon dont le but est de proposer au public une expérience hors du commun. De nombreuses animations sont ainsi programmées, « comme par exemple du laser game à cheval », lance Sabine Zaegel. « C’est le type d’animation qui plaît beaucoup au jeune public, et notamment aux garçons. À l’heure actuelle, il y a 80% de cavalières, il est donc vital d’attirer un peu plus de garçons vers ce sport. Durant plusieurs jours, nous essayons donc de faire notre part. » Le public novice est concerné par l’événement, au même titre que le public le plus expert. Le Jumping girondin est également l’occasion pour le Salon des Étalons de Sport de Bordeaux d’ouvrir ses portes pour la quatrième fois. Il s’agit du premier événement de l’élevage français de l’année 2020, permettant ainsi aux éleveurs de prendre le temps de choisir les croisements qui feront les champions de demain dès le début de la saison de reproduction. Un véritable carrefour au rayonnement international où se rencontrent sport et élevage. « Le cheval est au cœur de notre événement. C’est aussi pour cela que nous proposons, pour la deuxième année consécutive, le Forum de la Santé Équine », révèle Sabine Zaegel. « La première édition avait rencontré un grand succès. Durant plusieurs jours, des intervenants proposent des échanges autour de la santé et du bien-être des chevaux. C’est un aspect essentiel à nos yeux : le respect du cheval dans la pratique de l’équitation. »

 

 

Les chiffres clés du Jumping international de Bordeaux

 

  • 4 jours de compétition
  • 17 épreuves
  • 550 000 € de dotation totale
  • 300 cavaliers
  • 500 chevaux
  • 7 500 places assises
  • 57 000 visiteurs
  • 50 heures d’animation

 

Par Olivier Navarranne
Crédit photo : Christophe Bricot
PAS ENCORE DE COMMENTAIRE...

PUBLIER UN COMMENTAIRE